English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Israël : Moshe Ya’alon va fonder un nouveau parti

Israël : Moshe Ya’alon va fonder un nouveau parti

L’ancien ministre israélien de la Défense et chef d’état-major de l’armée Moshe Ya’alon a déclaré samedi qu’il envisageait de créer un nouveau parti politique et de se porter candidat au poste de Premier ministre lors des prochaines élections, dix mois après son départ du gouvernement.
Yaalon n’avait pas ménagé ses attaques ; son réquisitoire était sans appel : « La direction actuelle doit cesser d’effrayer les citoyens comme si on était à la veille d’une nouvelle Shoah. L’État d’Israël mérite une direction qui cesse de zigzaguer et de renforcer la haine entre les différents groupes de la société israélienne pour rester au pouvoir à tout prix. Je sens le désir de changement et je me présente pour offrir une autre voie à l’État d’Israël. S’il y a quelque chose qui me tient éveillé la nuit et fait que je sois inquiet pour l’avenir d’Israël, ce ne sont pas les transports d’armes à travers le Liban. Ce sont les fractures en cours de création dans la société israélienne et l’érosion systématique de la qualité de vie. Je ne peux pas supporter le fait que les dirigeants en 2016 attisent le feu en incitant, en intimidant et en divisant les Juifs et les Arabes, les ailes droite et gauche, et les différents secteurs de la société dans le seul but de survivre et de rester au gouvernement. Nous avons besoin d’une direction majestueuse qui ne permet pas à quiconque de menacer les juges israéliens et la Cour suprême et devons combattre toute tentative de nuire à l’État de droit. Nous avons besoin d’une direction qui ne cherche pas à asservir les media pour ses propres besoins de survie ».
 Ces déclarations montrent que le pays entre dans une campagne pour des législatives anticipées. Le fait que des politiciens de droite ou du centre émettent de sévères critiques peut ébranler les certitudes du gouvernement qui n’avait pas vu arriver la contestation sur son aile droite. Il était rassuré par l’atonie du parti travailliste et par son effacement sur le terrain politique. Cependant la donne a changé à présent et le combat vire au centre et à droite de l’échiquier politique.
 On considérait que Yaalon était un faucon mais cela n’a jamais été le cas. Les « faucons » du gouvernement n’ont jamais été ceux auxquels on s’attendait. Il était fermement opposé à toute action militaire. Après les postes militaires qu’il a occupés, on estime qu’il sait de quoi il parle. Il détient des informations militaires confidentielles qui justifient sa position mitigée : « Mon expérience avec la guerre est qu’elle ne devrait se produire qu’en tant que dernier recours ». Cela ne fait pas de Yaalon un pacifiste et il l’avait démontré à l’occasion de son opposition à Ariel Sharon en refusant le désengagement de Gaza. Opposé à la décision il avait demandé à être relevé de son poste.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0