English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Rachel Dolezal : "Je m’identifie comme Noire".

Rachel Dolezal : "Je m’identifie comme Noire".


Elle s’appelle désormais Nkechi Amare Diallo, un nom d’origine ouest-africaine. Le phénomène d’identification sociale est tres répandu chez les humains depuis longtemps dans un sens comme dans l’autre.
En 2015, Rachel Dolezal figure de la cause des Noir à Spokane, dans l’État de Washington, avait été au cœur d’une polémique : la jeune femme s’était faite passer pour une Noire alors qu’elle est blanche. L’inverse n’aurait pas surpris grand monde, tant les Noirs sont bien connus pour leur complexe identitaire. Mais là, c’est plutôt … surprenant ! Comment en est-elle arrivée là ?
« Je dirais que cela a commencé vers l’âge de 5 ans. Je me dessinais avec un crayon marron, pas un crayon couleur pêche, avec des cheveux noirs bouclés. » dira-t-elle tout simplement. Aujourd’hui, plus que jamais dans sa « peau de noire », Rachel n’a plus d’emploi, ni de logement et pour faire vivre ses enfants, elle dépend désormais des bons alimentaires que le gouvernement américain distribue aux familles démunies. Est-ce là une façon pour elle de dénoncer les conditions précaires dans lesquelles vivent bon nombre de Noirs américains ? Quelle qu’en soit la raison, cela semble être une décision radicale.
Rachel Dolezal va plus loin ! Si sa peau particulièrement bronzée et ses tresses surprennent, plus surprenant encore, ce jeudi, New York Post qui nous apprend que la femme de 39 ans, née Blanche mais voulant s’identifier à une Noire, vient de changer son nom. Elle s’appelle désormais Nkechi Amare Diallo, un nom d’origine ouest-africaine.
Depuis que la supercherie sur ses prétendues origines noires a été révélée par ses parents, Rachel vit un cauchemar. Elle a été licenciée de l’Université Est de Washington comme professeur assistante. Elle confie avoir candidaté pour plus de 100 postes, mais aucune réponse positive. Même pour trouver un éditeur pour ses mémoires, ce fut un parcours de combattant. Elle préfère désormais se réfugier auprès de sa famille, le seul endroit où elle se dit être « comprise et acceptée ». peut-on lire dans les lignes du journal Courrier Du Soir.
Son éviction de NAACP était une erreur grossière sous prétexte de la couleur de peau. Bien que née blanche, elle avait fait un choix, celui de se considérer comme noire. Cette affaire nous permet d’appréhender les attitudes négatives, voire intolérantes ou discriminatoires que vivent une catégorie des Americains. C’est une honte pour la communauté Afro-Americaine de ne pas soutenir cette femme.
La solution, c’est un voyage en Afrique s’il y a quelqu’un qui peut l’aider dans ce sens.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0