English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Mehdi Meklat accusé de racisme et d’antisémitisme

Mehdi Meklat accusé de racisme et d’antisémitisme

Mehdi Meklat avait toujours été salué par la critique. Que ce soit pour ses livres ou pour ses chroniques sur Arte, France Inter ou Le Bondy Blog.
Mais depuis le week-end dernier, c’est sur un autre ton, beaucoup moins dithyrambique, que le jeune auteur de bientôt 25 ans fait parler de lui.
En cause : des tweets à caractère raciste, homophobe, antisémite ou mysogine, qu’il avait pris l’habitude de poster pendant des mois.
L’affaire alimente la polémique depuis quatre jours. Durant le week–end, Medhi Meklat, 24 ans, ex-chroniqueur du Bondy Blog (site créé en 2005 lors des émeutes dans les banlieues) et de France Inter, a été rattrapé par son double virtuel, Marcelin Deschamps, qu’il avait pourtant enterré il y a quelques mois.
Sur Twitter, le jeune homme avait repris son identité réelle, mais sans effacer les « propos ignobles » de son « personnage de fiction maléfique », « à l’opposé de ce que je suis », comme il l’explique dans une lettre d’excuses publiée sur Facebook, lundi 20 février.
« Faites entrer Hitler pour tuer les juifs » (24 février 2012) ; « Je crache des glaires sur la sale gueule de Charb et tous ceux de Charlie Hebdo » (30 décembre 2012) ; « Vive les PD Vive le Sida avec Hollande » (3 décembre 2013)…
Pendant près de cinq ans, sous son pseudonyme – qu’il avait dévoilé –, Mehdi Meklat a multiplié les messages homophobes, antisémites, misogynes, injurieux à l’égard de certaines personnalités ou faisant l’apologie du terrorisme. Sans jamais en répondre sérieusement.
Jusqu’à son passage dans l’émission La Grande Librairie sur France 5, jeudi 16 février, pour faire la promotion, avec son compère Badroudine Saïd Abdallah, dit Badrou, de leur second livre, Minute, aux éditions du Seuil.
Mehdi et Badrou, devenus des stars médiatiques
Au fil des ans, Mehdi et Badrou, surnommés « les Kids » à la radio, étaient devenus de véritables stars médiatiques (à l’honneur dans Libération, Télérama, Le Monde, Arte…) et culturelles (deux webséries pour la Fondation Cartier). Le 1er février, le duo posait avec l’ancienne ministre de la justice Christiane Taubira en « une » des Inrockuptibles, qui le présentait comme le « porte-voix de la jeunesse des quartiers populaires », « à l’avant-garde d’une nouvelle génération venue de banlieue ». Mais la surexposition médiatique a ses revers.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0