English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Shemot (Exode 1:1–6:1)

Shemot (Exode 1:1–6:1)

Le Sefer Shemot s’ouvre par les noms et l’énumération des enfants d’Israël descendus en Égypte. Un nouveau pharaon se lève, qui n’a pas connu Joseph et, s’inquiétant de la prodigieuse croissance de ces étrangers, les réduit en servitude et condamne ses premiers-nés mâles à être noyés. Toutefois, l’un de ces enfants est abandonné sur les flots dans un berceau enduit de poix. Sa sœur Myriam le suit de loin. Il est sauvé par Bithiah, la fille du pharaon, qui le nomme Moshé.
Des années plus tard, Moïse, élevé comme un Égyptien, prend la défense d’un Hébreu battu par un Égyptien, et tue ce dernier. Découvert, il s’enfuit à Midian, auprès du prêtre Reuel, dont il épouse la fille Sephora.
Un jour qu’il fait paître le troupeau de son beau-père, Dieu se révèle à lui dans un buisson ardent qui ne brule pas, la mission de Dieu était qu’il fasse sauver le peuple juif des Égyptiens. Moïse se récrie, puis accepte sa mission. Avec son frère Aaron qui lui sert de porte-parole, ils exigent de Pharaon qu’il laisse partir les enfants d’Israël trois jours dans le désert afin de rendre un culte à Dieu, mais Pharaon refuse, et rend les corvées encore plus pénibles pour le peuple. Moïse se lamente d’être la cause des souffrances redoublées des siens mais arrive avec l’aide de Dieu à faire sortir les siens.
La Tosefta a déduit de Ex 1,7 que tant que Joseph et ses frères étaient en vie, les Israélites jouissaient de grandeur et de prestige, mais qu’après la mort de Joseph (comme rapporté dans Ex 1,6), un nouveau pharaon se leva, qui tint conseil contre les enfants d’Israël (comme rapporté dans Ex 1,8–10) (Tosefta Sota 10:10.).
La Tosefta a déduit de Ex 1,8 que le pharaon pécha le premier, avant le peuple, et Dieu le frappa le premier, mais les autres n’en réchappèrent pas (Tosefta Sota 4:12.).
La Tosefta a déduit de Ex 1,22 que les Égyptiens tiraient fierté devant Dieu du fait de la seule eau du Nil, c’est pourquoi Dieu exerça son châtiment à leur encontre par la seule eau lorsque dans Ex 15,4, Dieu engloutit les chars de Pharaon et de son armée dans la Yam Souf (Tosefta Sota 3:13.).
La Mishna cite Ex 2,4 pour montrer que la Providence traite chaque personne exactement comme celle-ci traite les autres. Ainsi, de même que Myriam attend pour savoir le sort du bébé Moïse, de même les Enfants d’Israël attendront pour elle sept jours dans le désert en 12,15. (Mishna Sotah 1:7–9.).
Rabbi Youdan a indiqué au nom de Rabbi Isaac que Dieu a sauvé Moïse de l’épée du pharaon. Lisant Ex 2,15,, Rabbi Yannai a demandé s’il était possible à une personne de chair et de sang d’échapper au pouvoir. Rabbi Yannai a expliqué que Pharaon a attrapé Moïse et l’a condamné à être décapité. À l’instant où le bourreau abattait l’épée, le cou de Moïse est devenu comme une tour d’ivoire ( 7,5) et a cassé l’épée.
Rabbi dit au nom de Rabbi Evyatar que l’épée rebondit sur le cou de Moïse et tua le bourreau. La Guemara cite Ex 18,4 pour soutenir cette déduction, estimant que “et m’a délivré” serait superflu, sinon pour montrer que Dieu sauva Moïse mais non le bourreau. Rabbi Berechyah a cité le destin du bourreau comme une application de 21,8 selon lequel la route menant à une œuvre droite peut être tortueuse et Rabbin Avoun a cité de même, dans une deuxième explication, comme une application de 11,18., la façon dont Moïse s’est échappé. Bar Kappara a enseigné dans une baraïta que l’ange est descendu du ciel dans l’apparence de Moïse, qu’ils ont saisi l’ange, et que Moïse a pu échapper. Dans une troisième explication de la façon dont Moïse s’est échappé, Rabbi Yehoshoua ben Levi a indiqué que quand Moïse s’est sauvé, Dieu a frappé d’incapacité les gens de Pharaon en les rendant muets, sourds, et aveugles. Quand Pharaon a demandé où était Moïse, les muets ne pouvaient répondre, les sourds ne pouvaient entendre, et les aveugles ne pouvaient voir. C’est cet événement auquel Dieu s’est référé en Ex 4,11 quand Dieu a demandé à Moïse : "Qui a rendu les hommes muets ou sourds ou aveugles ?". (Talmud de Jérusalem Berakhot 87a.).
La Tosefta assimile l’intervention de Dieu à son "souvenir", tel qu’exprimé dans Ex 3,16. (Tosefta Rosh Hashanah 2:13.).
La Mishna compte le bâton de Dieu de Ex 4,2–5,17 parmi les dix choses que Dieu a créées au crépuscule du sixième jour de la création (avant son abstention) (Pirke Avot 5:6.)

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0