English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Israël : la loi sur les villes d’intégrations, modifiée

Israël : la loi sur les villes d’intégrations, modifiée


Dès la prochaine année 2017, les villes qui ont accueilli des immigrants ces 15 dernières années, recevront un budget spécial d’après le nombre de résidents qui s’y sont intégrés et selon le nombre d’immigrants de la communauté éthiopienne.
Parmi les villes qui bénéficieront de cet avantage nous y trouvons : Safed, Rehovot, Rishon Le Zion, Jérusalem, Beersheba, Ashdod, Netanya, Netivot et bien d’autres ...
MK Oded Forer (Israël Beitenou) a signé cette semaine l’une des plus grandes réalisations au cours des dernières années en termes de budgétisation des Villes d’absorption d’Aliyah.
L’amendement adopté, après de longues négociations avec le Trésor public, les villes d’intégration de statut socio-économique de niveau 1 à 7 recevront un capital de 13% des paiements d’impôts fonciers (arnona) .
MK Oded Forer a déclaré à la fin du vote de la commission du budget que : « les municipalités réussiront enfin a donné aux résidents qui ont décidé de résider dans leur ville, ce qu’ils leur reviennent. Ainsi nous allons encourager l’immigration en Eretz Israel ».
La ministre Sofa Landver qui vit à Ashdod, a déclaré sur cette décision qu’« Enfin sont arrivés à conclure un accord les dirigeants des d’autorités locales, le ministère de l’Intérieur et le ministre de l’Immigration et de l’Absorption sur un budget logique et juste pour les villes d’intégration."
Jusqu’à présent des villes comme Hod Hasharon qui intégraient quelques immigrants (ou presque pas) dans les dernières décennies et avec un indice du niveau socio-économique très haut, recevaient des millions de shekel de budget car l’Etat les avait défini comme ville d’absorption d’immigrants, alors que des villes comme Netanya, qui intègre des milliers d’immigrants et avec un indice socio-économique assez faible, ne recevait rien car lorsque l’Etat avait fixé les critères des villes d’absorptions, ce n’était pas encore actuel.
"C’est une des corrections des distorsions budgétaires des plus importantes pour les municipalités depuis la fondation de l’Etat."

 


Source : Alya Netanya

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0