English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > La pauvreté en Israël a légèrement reculé en 2015.

La pauvreté en Israël a légèrement reculé en 2015.

La Sécurité sociale israélienne vient de publier son rapport annuel sur la pauvreté : en 2015, 21,7% des Israéliens vivaient dans la pauvreté.
La pauvreté en Israël s’est tassée en 2015, même si elle est restée à un des plus hauts niveaux des pays de l’OCDE : cette conclusion encourageante figure dans le rapport 2015 sur “La pauvreté et les écarts sociaux” que la Sécurité sociale vient de publier à Jérusalem.
Le rapport sur la pauvreté est toujours très attendu puisqu’il dresse aussi le bilan de la politique sociale du gouvernement. Au cours de l’année écoulée, plusieurs facteurs expliquent le tassement de la pauvreté en Israël : le relèvement du salaire minimum, la revalorisation des allocations de vieillesse et d’invalidité, etc. Les rapporteurs soulignent que « sans l’intervention du gouvernement par le biais de transferts sociaux, le taux de pauvreté aurait été encore plus élevé ».

1,71 MILLION D’ISRAÉLIENS PAUVRES
En 2015, qui est la dernière année connue, la pauvreté touchait 21,7% des Israéliens contre 22% en 2014. Ce léger recul concerne aussi le nombre d’enfants pauvres : 30% des enfants étaient pauvres en 2015, contre 31% en 2014.
En revanche, le nombre de familles pauvres est en augmentation : le taux de pauvreté est passé de 18,8% des familles israéliennes en 2014, à 19,1% de familles pauvres en 2015.
En chiffre absolu aussi, le nombre de pauvres a stagné ou reculé : en 2015, 1.712.900 Israéliens vivaient en dessous du seuil de la pauvreté, dont 764.200 enfants. Au total, ce sont 460.800 familles qui vivaient en dessous du seuil de la pauvreté en 2015.

MOINS DE 750 EUROS PAR MOIS

La tendance continue à la hausse de la pauvreté en Israël s’est donc bien renversée en 2015 : si 51.000 Israéliens avaient plongé dans la pauvreté en 2014, l’effectif des pauvres n’a augmenté que de 3.000 individus en 2015, soit proportionnellement moins que la croissance démographique.
En 2015, un Israélien seul qui disposait d’un revenu mensuel inférieur à 3.158 shekels (750 euros) était considéré comme pauvre. Pour un couple, la ligne de pauvreté était de 5.053 shekels par mois (1.200 euros). Une famille de cinq personnes devient pauvre avec un revenu inférieur à 9.475 shekels par mois (2.250 euros).
Le rapport constate que la bonne situation économique de 2015 a aussi contribué au recul de la pauvreté : le PIB a augmenté de 2,5% alors que la population active a augmenté de 2,8%, ce qui aurait permis à des nombreux pauvres sans emploi de s’intégrer au marché du travail. De plus, le chômage a poursuivi sa baisse (4,5% en 2015 contre 5% en 2014), et le niveau de vie par tête a progressé de 3,3%. La même année, le salaire réel a augmenté de 2,8%, ce qui a été suffisant pour accroître le niveau de vie de nombreuses familles.

TRAVAILLEURS PAUVRES

Certes, la pauvreté reste forte parmi certaines couches de la population qui participent faiblement au marché du travail, mais la situation semble évoluer favorablement. Le rapport de la Sécu révèle une baisse du taux de pauvreté parmi les Harédim (48,7% de pauvres en 2015, contre 54,3% de pauvres en 2014) ainsi que parmi les personnes âgées (21,7% de pauvres en 2015, contre 23,1% en 2014). De même, 21,8% des familles monoparentales étaient pauvres en 2015, contre 25,1% en 2014.
En revanche, la pauvreté parmi les Arabes israéliens a encore augmenté, passant de 52,6% en 2014 à 53,3% en 2015. Certes, la pauvreté est forte dans les familles sans emploi (74% de pauvres). En revanche, le travail ne garantit pas de sortir de la pauvreté : le taux de pauvreté est encore fort parmi les familles qui travaillent (13,3% en 2015, contre 13,1% de pauvres en 2014), parmi les familles qui disposent d’un revenu (25,9% de pauvres), et parmi les familles dont deux membres disposent d’un revenu (5,6% de pauvres).
Le recul de la pauvreté en 2015 n’a pas amélioré la position d’Israël dans les comparaisons internationales. Sur les 36 pays de l’OCDE, Israël figure désormais à la dernière place, loin derrière les Etats Unis, la Turquie et le Mexique.
Jacques Bendelac (Jérusalem)
http://www.israelvalley.com/news/2016/12/16/52055/la-pauvret-en-isra-l-a-l-g-rement-recul-en-2015

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0