English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Toledot (Gn 25:19–28:9)

Toledot (Gn 25:19–28:9)

Après une période d’infertilité, Rebecca est enceinte de jumeaux, qui se battent en son sein ; il lui est prophétisé qu’il en sera ainsi durant leur vie, et après leur mort à travers les peuples auxquels ils auront donné naissance. Le premier-né, Esaü est un chasseur et a la préférence de son père parce qu’il le nourrit, tandis que le second, Jacob, est un homme simple qui reste dans les tentes. Un jour qu’Esaü revient de la chasse affamé, il aperçoit Jacob cuisant un plat de lentilles, et les échange contre le droit d’aînesse.
Une nouvelle famine survient, et Isaac doit planter sa tente chez les Philistins. Le pacte est renouvelé et Isaac s’installe à Beer Sheva. Esaü épouse des filles du pays, au déplaisir de ses parents.
Isaac, sentant que sa fin est proche, veut bénir Esaü, mais Jacob, bénéficiant de l’appui de Rebecca, profite de sa cécité pour prendre la place de son frère et recevoir la bénédiction paternelle. Ceci provoque la colère d’Esaü qui projette de tuer Jacob. Celui-ci fuit alors chez Laban, le frère de Rebecca

Un midrash cite Gn 26,1 comme preuve qu’il y a double réjouissance lorsqu’un juste est le fils d’un juste (Bereshit Rabba 63:1.) La Mishna et la Tosefta déduisent de Gn 26,5 qu’Abraham observa l’entièreté de la Torah avant même qu’elle ne fut révélée (Mishna Kiddoushin 4:14 ; Tosefta Kiddoushin 5:21.)

La Tosefta déduit du contraste entre l’abondance mentionnée dans Gn 24,1 et la famine indiquée dans Gn 26,1 que Dieu donna aux gens à manger, à boire et un aperçu du monde à venir tant que le juste Abraham était vivant, afin qu’ils mesurent l’étendue de leur perte à sa mort (Tosefta Sota 10:5.) Elle enseigne aussi que lorsqu’Abraham vivait, les puits vrombissaient d’eau, mais les Philistins les remplirent de terre (comme relaté dans Gn 26,15), car après la mort d’Abraham, ils ne regorgeaient plus d’eau, et auraient posé un danger pour les voyageurs si les Philistins ne les avaient pas bouchés. Cependant, lorsqu’Isaac vint, les puits débordèrent à nouveau d’eau (comme indiqué dans Gn 26,18–19) et il y eut de nouveau abondance (comme mentionné dans Gn 26,12.) (Tosefta Sota 10:6.)

Rabbi Dostaï ben Yannaï a dit au nom de Rabbi Meïr que lorsque Dieu dit à Isaac qu’Il le bénirait en faveur d’Abraham (Gn 26,24), Isaac interpréta qu’on ne gagne de bénédiction que via ses actions, et il se leva et cultiva, comme il est écrit dans Gn 26,12. (Tosefta Berakhot 6:8.)

Rabbi Yehouda ben Pazi interpréta la bénédiction d’Isaac à Jacob (à propos de la rosée de Gn 27,28) comme ne faisant que passer à son fils ce que Dieu avait accompli en tout temps pour Abraham (Yeroushalmi Berakhot 55b.) Et Rabbi Ishmaël déduit de la malédiction d’Isaac à l’encontre de ceux qui maudissent Jacob, et de la bénédiction pour ceux qui bénissent Jacob (Gn 27,29) que les Juifs n’ont pas besoin de répondre à ceux qui les maudissent ou bénissent, car la Torah a déjà décrété la réponse. (Yeroushalmi Berakhot 85b.)

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0