English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Les rabbins utilisent souvent la loi juive pour causer des souffrances (...)

Les rabbins utilisent souvent la loi juive pour causer des souffrances humaines

"Le Conseil rabbinique americain avance d’un grand pas vers la réduction de la souffrance de femmes qui ne peuvent se remarier en raison du refus de l’homme à donner le papier du divorce juif dit Guet », a déclaré le rabbin Shalom Baum, président de la RCA . Une résolution adoptée par le RCA exige maintenant "chacun de ses membres à utiliser, lors d’un mariage, en plus d’un ketubah, un accord prénuptial rabbinique signe pour assurer la publication en temps voulu et sans condition la remise d’un get ".

Selon la loi juive, le mari et la femme doivent participer volontairement à la livraison et l’acceptation d’un get, un document de divorce juif, sans laquelle aucune des parties ne peut se remarier. La plupart des couples qui divorcent comprennent la nécessité pour l’obtenir, et sont coopératifs et respectueux du processus. Dans certains cas, cependant, l’un des conjoints utilise de façon inappropriée le guet comme une monnaie d’échange pour obtenir des concessions dans d’autres domaines entourant le divorce tels que les arrangements financiers ou la garde des enfants, ou comme un outil pour nuire a son ex-conjoint. Ceci est un abus de la loi juive, ainsi qu’une forme de violence conjugale qui utilise la pratique religieuse comme un outil de manipulation et de contrôle. Un tribunal rabbinique n’a souvent pas l’autorité ou la capacité de forcer un conjoint récalcitrant à coopérer, et il y a ceux dont le mariage a pris fin, mais ne peut pas se remarier en raison de leurs convictions religieuses. Une femme qui ne peut pas se remarient est désigné comme un agunah ; un homme est un agun.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0