English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > De quoi je me mele ? Par ELIE KLING

De quoi je me mele ? Par ELIE KLING

La goutte qui a fait déborder le vase tomba sans que je m’y attende il y a 10 jours à peine. L’une de mes anciennes élèves qui m’avait présenté son charmant fiancé quelques jours plus tôt, m’envoie un message de détresse : un "rabbin kabaliste" venait de lui apprendre qu’elle devait d’urgence se séparer de ce garçon car, et le sage était catégorique la dessus, "vous n’êtes pas faits du tout l’un pour l’autre". D’habitude, me dit-elle, je n’aurais pas fait cas de son diagnostic mais il se trouve que, sans nous connaitre, il a dit quelque chose de vrai concernant mon fiancé. N’est-ce pas la preuve qu’il possède des dons surnaturels ? Que dois-je faire ?
Notre Paracha nous avait pourtant déjà prévenus : les miracles, supposés ou avérés, ne prouvent rien. Celui par qui le prodige arrive peut très bien être un imposteur (Devarim 13, 2 et 3). Un rabbin, tentai-je d’expliquer à cette jeune fille pour qui j’ai beaucoup d’estime, n’est pas fait pour séparer ceux qui veulent construire un foyer juif. Au contraire, il est là pour les accompagner et les encourager. Le charisme, les connaissances ou de prétendues capacités de voyance ont souvent pour effet de conférer a leurs détenteurs un sentiment de pouvoir sur ceux qu’ils impressionnent ainsi. Or tout pouvoir peut être dangereux. Surtout si son détenteur se convainc qu’il lui revient de droit. C’est alors qu’il risque de devenir absolu, puis corrupteur.
Il fallut aux hommes des siècles d’exercice de pouvoir absolu pour comprendre que seul un pouvoir limité, contrôlé, pouvait protéger le peuple de l’arbitraire du puissant et prévenir celui-ci des tentations de sa puissance. Et encore doit-on rester vigilants même dans un système démocratique où le dirigeant est tenu de rendre des comptes à ceux qui l’ont nommé. Il en est du pouvoir religieux comme du pouvoir politique. Pire encore probablement, puisque ses détenteurs prétendent parler et agir au nom de Dieu Lui-même ! Sans contrôle, il devient dangereux, corrompu, asservissant. En terre d’Europe, la toute-puissance du clergé fut à l’origine de tous les débordements, provoqua d’inutiles et sanglants conflits, donna naissance aux autodafés et aux inquisitions ! Et il suffit de suivre les infos de ces derniers mois pour voir ce dont sont capables ceux qui aujourd’hui, en terre d’Islam, prétendent parler au nom de leur Prophète.
Nous n’en sommes pas encore là avec nos rabbins. Dieu merci. Et pourtant en ce moment circule sur le Web une pétition pour demander la libération d’un rabbin qui a avoué avoir abusé des femmes qui venaient le consulter ! Qu’attendons-nous pour tirer le signal d’alarme ! Comment en est-on arrivé à accorder tant de pouvoir à certains de nos guides spirituels ? D’où vient cette dévotion aveugle dont ils bénéficient ? Qui a le premier dévoyé la noble et traditionnelle notion de « emounat hakhamim » en la rendant si caricaturale ? Il semble parfois que devant la longueur de certaines barbes, la réputation de quelques pseudo-kabbalistes, le regard envoutant de certains rabbins faiseurs de miracle, notre esprit critique, sans lequel pourtant il n’y a pas d’étude talmudique possible, nous abandonne soudain. Une capitulation sans condition, sans résistance, qui place certains « rabbins » devant de trop grandes tentations. Combien faudra-t-il encore découvrir de manipulateurs sans scrupules, de charlatans avides de gains ou obsédés sexuels, pour comprendre que nous sommes allés trop loin. Nous avons confondu respect et adulation, demande de conseil et abdication de la raison, demande de bénédiction et superstitions mal placées.
Le rabbin est là pour interpréter la Thora et fixer la Halakha. On peut aussi lui demander conseil et profiter de sa sagesse. Mais le judaïsme ne nous a jamais demandé de fuir nos responsabilités en remettant dans les mains d’autrui, fut-il un grand connaisseur de nos textes, le soin de prendre à notre place les grandes (ou les petites) décisions de notre vie. C’est à nous et a nous seuls que revient la difficile mais exaltante tâche de faire nos choix. Et d’être des juifs responsables de leurs actes devant les hommes et devant Dieu.
Arrêtez-moi si je dis des bêtises…..

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0