English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > « Triple 9 ! Officer down ! » Par JM Cordier

« Triple 9 ! Officer down ! » Par JM Cordier


Non ce n’est pas un nouveau code pour remplacer le fameux et exécrable 88 pour Heil Hitler ou encore la nouvelle mode des antisémites avec les parenthèses qui est arrivée il y a quelques temps sur Twitter. Non rien de
de tout cela c’est le code pour un officier de police touché aux USA mais Triple 9 c’est avant tout un film mafieux dont la mafia est juive. C’est alors que j’ai découvert le surnom de Kosher Nostra, l’allusion à la Casa Nostra est assez évidente et je dois dire que le jeu de mots m’a fait sourire. Lorsque je regardais ce film je me disais mais un tel film serait-il possible en France avec la mentalité française autour de ce sujet tabou et plus globalement autour de cette problématique d’image en France et même du traitement de la Deuxième Guerre mondiale. Alors que dire du personnage tourmenté de Simon Asher dans Quantico… mais j’y reviendrai et comme on dit pour les séries on va éviter de spoiler. Un
point statistique selon la CIA il y a 1,7% de Juifs aux USA et 0,5 à 0,75% pour la France.
Outre Atlantique, nos amis américains ont su rire très tôt du
nazisme et certains qui ont connu intimement les horreurs de cette
idéologie interprétèrent des soldats allemands hilarants et myhiques dans Hogan’s Heroes, connu en France sous le nom de Papa Schultz, oui John Banner, Werner Klemperer, Leon Askin sont tous des Juifs qui ont connu l’ascension du nazisme et sont partis aux USA.
La Shoah, quelle ne fût pas la polémique quand en 2010, Adolek
Kohn un rescapé qui vit en Australie avait dansé sur I will survive à
Auschwitz. Je me souviens des condamnations unanimes en France et du débat dans les médias étrangers. Un survivant n’a pas le droit de célébrer sa survie comme il le souhaite… ? La question est posée mais un survivant peut mieux parler de son vécu qu’un parent même direct ne peut le faire pour un défunt.
Alors un Juif, fils de rabbin éminent, peut-il n’être qu’un clown
alcoolique, accro au tabac et membre d’une confrérie secrète celle des tailleurs de pierres ? Oui s’il est américain et vit à Springfield, non il n’y a pas d’état dans les Simpsons ça fait partie du mystère. Le personnage ne souffre d’aucun problème particulier hormis l’alcool et le tabac et une vie décousue bien sûr. Sa religion donnera quelques trames intéressantes dans quelques épisodes. Pour le reste des épisodes eh bien c’est un clown avec un show TV. De mémoire, à la découverte du Krav Maga par Bart Simpson ou encore de la reprise de la légende du Golem de Prague dans
un épisode. Du même créateur on aura aussi de nombreuses références au judaïsme dans Futurama.
Prenons une série plus récente qui ne recule devient rien en
particulier en ce qui concerne les propos antisémites pour mieux les
dénoncer le coupable un enfant de 8 ans, nom : Cartman , prénom : Eric, que dire de son emballement après avoir vu le film la Passion du Christ, ou encore la trame scénaristique autour de l’or des juifs dans un petit sac, la liste des outrages antisémites est longue dans cette série. Il est évident que la majorité du public n’adhère pas à son discours mais en rigole tant le personnage est une satire de l’antisémitisme qui voit le complot juif partout.
Le complot Juif et la Shoah, en rire même en allant loin :
https://youtu.be/UiJlxVf2jfg Cette vidéo Jewish Elf est une synthèse de l’autodérision de nos frères américains, la blague sur la liste de Schindler est osée et largement commentée, et la conclusion sur le contrôle de des médias et des banques.
La mafia juive ou des personnages juifs qui sont des gangsters, elle
occupe une bonne place dans GTA IV pour ceux qui ne se souviennent avec notamment le personnage héros de Lost and Damned Johnny Klebitz et celui un peu fou mais attachant et serviable de Bruce. Dans ce jeu on passera dans les différentes mafias, italienne, slave, irlandaise… ça me redonne envie de faire une partie.
La France maintenant… quel buzz le film Ils sont partout a fait quel
flop . Il a fait dans les salles 170 000 spectateurs en 2 semaines pourtant la diffusion était large. La vidéo Jewish elf arrive à faire plus de 270 000vues en sachant que le marché de YouTube est bien plus concurrentiel. On fait un exploit de ce film qui reprend des clichés antisémites pourtant je
me souviens de tous les papiers incendiaires qu’avait reçu OSS 117 Rio ne répond plus.
Si on parle de mafia juive dans un film on va me sortir le grand pardon ?
Le film n’est pas tout jeune et les mafias ont évolué depuis. Je n’étais même pas né quand il sorti. Et depuis ?… La vérité si je mens c’est une comédie on est loin d’une ambiance sombre.
La France reste-t-elle figée sur ses tabous, une mafia juive violente
est-elle concevable dans un scénario français ou alors tomberait-on tout de suite dans le rappel de la torture d’Ilan Halimi ?
Revenons au cas de Triple 9, les attaques sont-elles de nature
antisémtie comme un site bien isolé a pu le dire ou alors simplement des modes de pensée commun et une mafia qui mange casher ça change des mangeurs de pates ? D’abord le noir rejeté et insulté ; eh bien s’il l’on regarde les statistiques de 2012 sur les mariages mixtes aux USA on comprend que c’est un phénomène très rare, 4,1% des unions de l’année 2012 (http://angazamag.com/international/amerique-et caraibes/statistiques-les-mariages-mixtes-aux-usa/3829/).
Il faut savoir que c’est un chiffre en progression. N’oublions pas qu’il y a encore quelques décennies une telle union était passible de prison pour l’homme noir. Il suffit de se souvenir de la vie de Jack Johnson, dont bien sûr tout le monde connaît l’histoire. De plus seulement 9,5 % des mariages sont mixtes aux USA
http://www.census.gov/hhes/socdemo/marriage/data/census/InterracialMarriages_PAA2013_FINAL.pdf d’après les statistiques de 2010. Ce qui peut sembler léger mais qui encore une fois est une progression. Une mafia qui tue… Oh quelle surprise. Une mafia où l’on voit des signes religieux bien distinct sur des personnages de gangsters. Que dire des
latinos avec des croix que l’on a l’habitude de voir flingue en main, alors une magen David c’est la même chose. Enfin utiliser des entreprises casher mais plus globalement de la communauté juive pour maquiller des opérations mafieuses, eh bien encore une fois, comme toutes les mafias ils se cachent dans leur communauté comme les italiens dans le Parrain.
Alors une telle trame narrative serait-elle concevable en France ou
alors devrait-on se limiter et au nom de quoi ?
Simon Asher… pour ceux qui découvrent la nouvelle série Quantico. Ce personnage est bouleversé par son passé dans l’IDF (Israel Defense Forces) mais on préfère dire Tsahal en français. C’est d’ailleurs intéressant d’un point de vu linguistique. Il est évident qu’il souffre d’un syndrome de stress post traumatique. Pourrait-on avoir un tel personnage dans l’Hexagone ? Bon il ne faut pas dévoiler la fin de la saison mais je pense que de parler d’un ancien de l’IDF en France est encore une fois inconcevable. Nos amis américains savent complexifier le scénario pour
éviter l’essentialisme et donner de la profondeur aux personnages.
Ce n’est pas très drôle tout ça et pas toujours confirmé par un large
public, sauf pour les Simpsons. Alors, comment démontrer qu’on peut même parler d’Israël et d’un agent du Mossad dans une série relativement populaire. Alors ce n’est pas un mais une membre du Mossad. Ziva David, le personnage de NCIS alors le succès relatif est un mensonge volontaire car NCIS est la série la plus regardée aux USA. Avec des pointes à plus de 19 millions de spectateurs. On peut donc avoir un personnage israélien dans la série la plus populaire et ça ne pose aucun problème. Le seul problème c’était avec l’actrice qui voulait voir son personnage évoluer et un désaccord profond avec la production entrainera la séparation à la fin de la saison et la suite dans la saison 13. D’ailleurs Dinozzo n’avançait pas des masses non plus comme personnage. Mais la saison 13… enfin il faut la voir.
Alors est-ce qu’un agent du Mossad peut faire rire, remplir les salles de cinéma et parler du conflit en Israël. Eh bien oui dans la comédie You don’t mess with the Zohan, Rien que pour vos cheveux en français. Avec un chiffre global au box office de presque 200 millions de dollars de recettes. Un film qui devrait passer plus souvent à la télévision en France d’abord parce qu’il est drôle ensuite parce qu’il délivre un message très différent de la politisation qui est faite en France du conflit. D’ailleurs, il
est amusant de voir un des personnages dire qu’aux USA c’est différent…
enfin il faut voir le film. L’ouverture d’esprit est bien plus grande.
Alors l’ouverture d’esprit mais jusqu’où ? Les institutions
communautaires ont-elles su surfer la vague de Black Bar Mitvzah ? Ou de Maybach Mitvzah ? Pour parler autrement du judaïsme. Oui Rick Ross fait des emprunts culturels sans complexe. Ça ne date pas d’hier quand on retrouve assez facilement des photos de Mister T à la grande époque de l’Agence tous risques avec une Magen David imposante autour du cou.
Faire référence au Judaïsme est donc loin d’être un tabou dans la société américaine y compris dans la communauté afro-américaine. D’ailleurs Ronn Torossian relevé le phénomène de Black Bar Mitvzah déjà en 2012 dans un article dont voici le lien http://blogs.timesofisrael.com/jay-z-rickross-and-drake-igniting-jewish-pride/
On peut aussi voir que La star de la NBA Lebron James a consulté un rabbin. Les articles à ce sujet remontent à 2010.
Et en France, les rappeurs pour se donner un genre préfère faire la course à la quenelle et au placement du nom de Dieudonné pour se donner un coté provocateur à moindre frais. La chanson Krav Maga de la Fouine ne restera pas dans les annales du rap. Le refrain est au niveau du reste du texte :
« Krav Maga, Krav Krav Maga, Krav Maga
Coup d’boule dans les couilles man tu gardes
On te monte en l’air
On va faire comme ton père on va niquer ta mère »
Une mention pour Booba qui n’avait pas souhaité se prononcer malgré la
pression de ses fans en 2014 contre Israël lors de l’opération Bordure protectrice et avait même tancé ces derniers. Bien que le BNVCA lui reproche l’apologie du terrorisme quelques mois plus tôt la même année
http://www.crif.org/fr/tribune/lorsque-le-rappeur-booba-cite-dans-unrefrain-mohamed-merah/49640?language=fr le Crif sur son compte
Twitter officiel un an après reprend son image dans un
tweet https://twitter.com/Le_CRIF/status/587541504819867648 Il
faudrait savoir… Dans l’histoire du CRIF je pense que ce phénomène est rare de prendre quelqu’un que le BNVCA considère comme faisant l’apologie du terrorisme antisémite et de l’utiliser l’année suivante comme symbole des victimes de ce même antisémitisme. La cohérence…
Alors qu’est-ce qui nous sépare de ces visages multiples des Juifs,
des Israéliens et du judaïsme et surtout imprégnés dans la culture populaire et même dans les subcultures comme le rap.
De toute évidence, la première chose qui vient c’est le fait de ne
plus être concrètement présent dans les zones où le rap se développe. Ou alors avoir une présence protocolaire pour venir parler de l’antisémitisme, le condamner etc… en clair esquiver une heure ou deux de cours quand on est gamin. Ou encore de faire une délégation pour aller jouer au football.
Le laïcisme, en France on crée des personnages sans background religieux clairement établi, sauf dans des cas rares. Aux USA la religionfait pleinement partie de la vie des héros de série TV de même que la religion est une partie de la vie américaine.
Ces deux facteurs associés à l’exploitation politique du conflit en Israël (à force je ne sais même plus quelle est la formule politiquement correcte) nous donnent le cocktail explosif que nous connaissons aujourd’hui. C’est une grosse étape mais il va falloir sortir des deux tabous que son Dieudonné (et sa bande) et le gang des barbares.
Répondre à cela par des démarches protocolaires ne fonctionne pas. Se servir des images d’Épinal ou montrer qu’il y avait des rabbins au coté de Martin Luther King ne suffit pas.
Montrer des personnages divers et complexes de toutes les religions permet d’éviter l’essentialisation. Non un personnage de mafieux juif ne fera pas monter l’antisémitisme. Non un personnage de vétéran de l’IDF ne va pas lancer une polémique. Les commentaires critiquent le scénario et le jeu de certains acteurs de Quantico. D’ailleurs NCIS est un succès d’audience sur M6,toutes les saisons avec le personnage de Ziva David aussi.
Nos amis américains nous montrent qu’il y a peut-être autre chose à montrer et qu’il ne faut pas avoir peur de montrer différentes facettes d’une communauté juive qui peut être multiple dans le mal comme dans le bien mais dont les sages peuvent conseiller l’un des meilleurs joueurs de l’histoire de la NBA. L’antisémitisme peut être montré, poussé à l’absurde et moqué à condition que le scénario tienne la route, les audiences suivront.
Qui sera capable dans les institutions de sentir ces tendances et de bien surfer afin des les rendre populaires en ne limitant la popularité à un simple phénomène communautariste.
Cet article n’est pas exhaustif mais reflète une situation et une problématique bien française.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0