English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Roger Cukierman : "Il est indigne, pour un juif, de voter pour le FN (...)

Roger Cukierman : "Il est indigne, pour un juif, de voter pour le FN "


Le président du Crif, conseil représentatif des institutions juives de France, était ce jeudi soir à Bordeaux, avec le ministre Bernard Cazeneuve.


Roger Cukierman : "Quand un père de famille dépose ses enfants dans une école surveillée par des soldats armés, il ne peut s’empêcher de se demander s’il y a vraiment un avenir pour nous dans ce pays"
Le Crif Sud-Ouest Aquitaine organisait ce jeudi soir son dîner annuel, à Bordeaux, en présence de Roger Cukierman, président national du Conseil représentatif des institutions juives de France. Roger Cukierman, qui quittera la présidence du Crif en juin prochain, après dix années de mandat (de 2001 à 2007, puis à nouveau depuis 2013), a répondu aux questions de "Sud Ouest".


Comment se sentent les Juifs en France, en cette année 2015 ?


Pas très bien. Nous traversons, depuis quelques années, une période inconfortable. Nos écoles doivent être protégées, nos synagogues aussi. Nous nous sentons déstabilisés : d’un côté, face aux menaces, après des actes antisémites d’une violence parfois inouïe, nous réclamons cette protection ; de l’autre, cette présence militaire induit un peu l’idée que nous ne sommes pas des citoyens comme les autres. Quand un père de famille dépose ses enfants dans une école surveillée par des soldats armés, il ne peut s’empêcher de se demander s’il y a vraiment un avenir pour nous dans ce pays.


Sur le même sujet : Le FN peut-il emporter la région Paca ?
Nous avons un devoir de mémoire, et le devoir de nous rappeler qu’il y a eu beaucoup de vichystes, de négationnistes, de pétainistes au FN et que ceux qui se reconnaissent dans ces idéologies y sont encore.
Sentez-vous un repli communautaire pour une partie des Juifs de France ?


Oui. Quand j’étais enfant, nous allions tous à l’école de la République. Aujourd’hui, un tiers des enfants juifs va à l’école publique, un tiers dans des écoles privées catholiques, un tiers dans des écoles juives. Cette tendance est largement liée au sentiment d’insécurité. Depuis les années 2000, le nombre d’actes antisémites commis chaque année en France oscille entre 500 et 1000. Jusqu’à la fin des années 90, on en comptait moins de cent par an…


Vous avez été critiqué il y a quelques mois pour avoir dit que « Marine le Pen est irréprochable personnellement ». Selon plusieurs enquêtes d’opinion, aux présidentielles de 2012 , le vote juif pour le FN reste faible, mais il n’est plus anecdotique...


Je suis très perplexe sur ces estimations. Quant à la phrase dont vous me parlez sur Marine Le Pen, elle a été sortie de son contexte. Le Crif vient de publier, à l’approche des élections régionales, un communiqué rappelant notre rejet des extrêmes, de gauche et de droite, et du Front national en particulier, nous le nommons. C’est indigne pour les Juifs de voter pour le FN. Nous avons un devoir de mémoire, et le devoir de nous rappeler qu’il y a eu beaucoup de vichystes, de négationnistes, de pétainistes au FN et que ceux qui se reconnaissent dans ces idéologies y sont encore.


On dit souvent que les Juifs de France se sont droitisés depuis les années 2000, qu’en pensez-vous ?


C’est compliqué... Il y a eu les années Mitterrand, avec d’assez bonnes relations avec le pouvoir. Puis les années Chirac : un président qui aimait les Juifs mais pas Israel. Sarkozy a été très populaire parmi les juifs de France, je pense que c’est moins vrai aujourd’hui. Nous avons des relations très chaleureuses avec François Hollande et avec Manuel Valls, qui ont pris des positions courageuses et constantes depuis les attentats du début de l’année.


Que représente le Crif exactement ?


Nous n’avons pas la prétention de représenter toute la population juive de France : nous représentons les institutions et leurs adhérents. Soit environ 70 institutions (religieuses, caritatives, professionnelles…), qui envoient à nos assemblées générales 300 délégués.


Comment évaluez vous la pratique religieuse des Juifs en France ?


Elle est limitée. Environ un tiers des Juifs va à la synagogue le jour de Kippour.


Où en est le nombre d’aliyah, les départs de Juifs français qui vont s’installer en Israël ?


Il devrait y en avoir à peu près 7500 en 2015. Ce nombre est stable par rapport à 2014. C’est peu à l’échelle d’une communauté de 500 000 personnes, mais ce nombre a considérablement augmenté depuis quelques années . L’aliyah, c’était marginal jusqu’en 2012. On en comptait 2000 en 2012, 3000 en 2013… puis ça a doublé en 2014


Comment avez-vous analysé les attentats du 13 novembre ?


Nous sommes entrés dans une guerre mondiale. Lors des attentats de janvier, les Juifs, comme les policiers ou journalistes, avaient été les sentinelles : à présent, c’est toute la société française qui est visée par ces barbares.


http://www.sudouest.fr/2015/12/03/roger-cukierman-il-est-indigne-pour-un-juif-de-voter-pour-le-fn-2206084-710.php

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0