English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Thalys : le terroriste s’appelle Ayoub El-Khazzani

Thalys : le terroriste s’appelle Ayoub El-Khazzani


Vendredi dernier, Un terroriste a ouvert le feu vendredi peu avant 18 heures dans le Thalys reliant Amsterdam à Paris. Lourdement armé, il s’apprêtait visiblement à commettre un carnage. Sans le sang-froid de quatre passagers, deux militaires et un étudiant américains ainsi qu’un touriste britannique, le bilan aurait pu être très lourd. Un passager français avait également tenté de maîtriser l’individu. Le suspect a été interpellé en gare d’Arras. Le parquet antiterroriste de Paris s’est saisi de l’enquête.
Il est 18 heures quand retentissent dans la ville les sirènes des voitures des policiers de la brigade anticriminalité (BAC) qui convergent en trombe vers la gare d’Arras. Ils viennent interpeller à la descente du Thalys 9364, effectuant la liaison Amsterdam-Paris, un homme suspecté d’être l’auteur de coups de feu dans la deuxième voiture.

 


Signal d’alarme déclenché


Les faits interviennent vers 17 h 50 à hauteur d’Oignies, où le train s’immobilise une fois le signal d’alarme déclenché. L’alerte donnée, le train est dérouté vers la gare d’Arras, où l’homme est appréhendé puis placé en garde à vue. D’après les premiers éléments de l’enquête, il déclare être marocain ou d’origine marocaine, avoir 25 ou 26 ans et être monté en gare de Bruxelles. Il ferait l’objet d’une fiche des services de renseignements, selon une source policière. Information non confirmée par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui s’est déplacé à Arras.
Le suspect a été transféré ce samedi matin à Levallois-Perret, en banlieue parisienne, siège de la sous-direction antiterroriste (SDAT) et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Il est en garde vue.


Un carnage évité


Deux militaires américains en civil à bord du train, Spencer Stone et Alek Skarlatos, ont entendu dans les toilettes le bruit de la culasse d’une arme lourde en train d’être chargée. Un passager français, en voulant accéder aux toilettes de la voiture 12, s’est alors trouvé face à l’individu porteur d’un fusil d’assaut kalachnikov en bandoulière. Le voyageur français « a tenté courageusement de le maîtriser avant que l’agresseur ne tire plusieurs coups de feu », relate le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.
Les deux militaires américains sont alors intervenus pour maîtriser l’homme avant qu’il ne puisse faire un carnage. Son sac contenait une Kalachnikov, une arme blanche et des munitions (neuf chargeurs) selon le témoignage de passagers du train. Ils ont été aidés par un étudiant américain, Anthony Sadler, et un touriste britannique, Chris Norman, qui ont ensuite ligoté l’individu.
Un militaire blessé au cutter, un passager se prend une balle
Spencer Stone, un des militaires, a dû être secouru par les équipes du SMUR et les pompiers. Blessé par un cutter, avec une plaie superficielle au cou et une fracture de la main, il a été transporté au CH d’Arras. Il a été transféré ce samedi à Lille et a été opéré « avec succès » ce samedi matin à SOS mains, à Lesquin, a-t-on appris de source proche du dossier. « Il est actuellement en temps de réveil », a déclaré cette source à l’AFP. Il devrait sortir de la clinique en fin de journée.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0