English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Israël répare l’injustice : les enfants d’immigrés reconnus

Israël répare l’injustice : les enfants d’immigrés reconnus

Ministre israélien de l’Intérieur Gideon Saar met fin à une injustice qui minait ladémocratie israelienne. Gideon Saar a annoncé mardi sa décision d’accorder des permis de séjour à 221 enfants d’immigrés âgés de 8 à 23 ans. La plupart de ces enfants sont nés en Israël et sont intégrés au système éducatif israélien. Les enfants ont attendu cette décision pendant plus de trois ans et demi.

M. Saar a fondé sa décision sur une délibération du Cabinet gouvernemental datant de 2010, ordonnant l’octroi de permis de résidence aux enfants d’immigrés.

Parmi les conditions fixées pour l’obtention du permis, les enfants en question doivent être intégrés au système scolaire israélien, parler hébreu, avoir résidé dans le pays pendant au moins cinq années consécutives et leurs parents doivent être entrés dans le pays légalement.

Après cette décision, le ministère de l’Intérieur a reçu quelque 700 demandes de permis de résidence pour enfants d’immigrés. Le ministère a pour l’instant approuvé 350 demandes et en a rejeté environ 100. L’Association pour les droits civils en Israël et la Ligne d’assistance pour les réfugiés et les migrants a fait appel des demandes rejetées.

« Dans ma décision, j’ai tenu compte de l’important retard dans le traitement des demandes des enfants qui ont grandi ici et qui sont en fait Israéliens », a déclaré M. Saar, ajoutant que la décision était nécessaire et dictée par des préoccupations humanitaires et par les « valeurs fondamentales d’Israël en tant qu’État juif et démocratique ».

Galit Torpor, 20 ans, née en Israël de parents ayant immigré du Ghana, s’est vu octroyée un droit de résidence à la suite de la décision du ministre de l’Intérieur. « Je suis vraiment heureuse que cette lutte soit terminée. Je ne peux pas arrêter de sourire ! », a-t-elle déclaré au quotidien Haaretz.

« Pour les enfants comme moi, de 16 ans et plus, ceci est très important. Nous avons besoin d’une carte d’identité pour beaucoup de choses dans nos vies quotidiennes et quand nous ne l’avons pas, c’est très frustrant ».

Rotem Ilan, qui a mené la lutte pour l’obtention des permis de séjour, a déclaré : « Le ministre de l’Intérieur a pris une décision juste et humaine et mis en œuvre la décision du Cabinet gouvernemental ». Une politique claire concernant les droits des immigrés doit maintenant être formulée, a-t-elle ajouté.

La députée Michal Rozin du parti de gauche Meretz et présidente de la commission pour les immigrants au Parlement israélien s’est félicité de la décision, qui « met un terme à l’injustice permanente faite à ces enfants. » Cependant, elle a vivement critiqué le temps nécessaire pour mettre en œuvre la décision du cabinet.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0