English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Avis de décès du Professeur Raphaël DRAÏ

Avis de décès du Professeur Raphaël DRAÏ


Raphaël Draï s’est éteint vendredi 17 juillet 2015 à son domicile parisien des suites d’une maladie grave.
Ses obsèques ont eu lieu en Israël.
La FJN adresse ses condoléances attristées à son épouse et à ses enfants.


Mêlant dans ses recherches politologie et psychanalyse, ce spécialiste de loi hébraïque, disciple d’Emmanuel Levinas, d’André Neher et d’Éliane Amado Levy-Valensi s’est engagé en faveur du dialogue interreligieux.


-------------------------------------------------------------


Comme toutes les grandes villes, Constantine a vu passer des personnages qui ont laissé une trace dans l’histoire de la cité.


1. Massinissa
vers 240 avant J-C - vers 149 avant J-C
Vers la fin du troisième siècle av. J.C., apparaît un descendant de la dynastie massylienne ( La Massylie est une partie de la Numidie : actuellement la partie orientale de l’Algérie et la partie occidentale de la Tunisie), Massinissa, fils de Gaia, roi dépossédé des terres de ses ancêtres par le Masaesyle Syphax.
Pour récupérer cet héritage, Massinissa combat en Espagne en 206 av. J.C. aux côtés des Carthaginois, contre les Romains, alliés de Syphax. Sorti vainqueur du conflit (capture de Syphax en 203 et bataille de Zama, à la frontière algéro-tunisienne, où est défait le Carthaginois Hannibal), Massinissa emploiera son long règne (203 à 148 av. J.C., soit 56 ans) à agrandir son royaume avec la bienveillance de Rome, aux dépens de la Massésylie, à l’ouest, et de Carthage, à l’est.
Massinissa un personnage vigoureux qui, sans pour autant dédaigner les fastes de son palais de Cirta (Constantine), chevauchait encore aux côtés de ses cavaliers, par tous les temps, alors qu’il était octogénaire, et laissa une nombreuse progéniture ; il organisa une puissante armée, mit en valeur le sol, noua des relations avec le monde méditerranéen (péninsule ibérique, Rome, Athènes, Rhodes, Délos) et frappa monnaie à la façon des monarques (hellénistiques). Il laisse encore le souvenir du premier souverain qui unifia la quasi-totalité de l’Afrique du Nord en un Etat organisé.
Source "Mémoires d’Algérie"


2. Fronton de Cirta (Marcus Cornelius Fronto)
entre 90 et 100 - 175
Rhéteur latin originaire de Cirta
Orateur réputé, précepteur de l’empeur Marc-Aurèle, sa correspondance avec cet empereur sera retrouvée et publiée. Fut consul en 143 sous Antonin le Pieux.
Il a une réputation prodigieuse, il a réalisé exactement l’idéal littéraire de ses comtemporains ; et si nous trouvons, nous, dans ses oeuvres, beaucoup d’affectation, de la prétention et du mauvais goût, nous ne devons pas oublier que ces défauts, pour les Romains du IIe siècle, étaient des qualités et que Fronton a été unanimement reconnu, de son vivant, comme un très grand artiste.
Auteur de "Discours, Eloges, Dialogues"
Une rue du quartier Saint-Jean porte son nom.


3. Constantin Ier Le Grand (Caius Flavius Valerius Aurelius Constantinus)
entre 270 et 288 - 337
Re-fondateur de Constantine
Après la victoire des Romains sur les Numides vers 203 av. J.-C., Cirta devint une importante colonie romaine. En 310, elle fut mise à sac par l’armée de l’empereur Maxence, qui régna sur la moitié occidentale de l’Empire romain de 306 à 312.
C’est l’empereur Constantin le Grand qui rebâtit la ville en 313 après J.-C. et lui donna son nom.


4. Salah Bey
1725 (Izmir en Turquie) - 1792
Bey de Constantine de 1771 à 1792
Constantine fut choisie au XVIème siècle pour être la capitale du Beylik de l’Est. Le Bey était nommé par le pacha d’Alger qui pouvait le révoquer à volonté.
Plus qu’aucun autre, Salah Bey fit vraiment figure de prince. S’appliquant à continuer l’œuvre entreprise par ses prédécesseurs, il voulut doter Constantine de constructions dignes d’un chef-lieu de grande province. En faisant raser de vieilles maisons, il réorganisa tout un quartier, celui de Sidi el-Kettani, voisin de la Kasbah. Il y fit édifier une belle mosquée à laquelle il adjoignit une medersa. Cette école étant devenue rapidement insuffisante, il en créa une seconde à Sidi Lakhdar. On lui doit aussi la reconstruction du pont d’El-Kantara dont le passage avait été interrompu pendant cinq siècles.
La carrière de Salah Bey connut une fin dramatique ; Hassan Pacha, le Dey, le démit de ses fonctions, et, devant son refus d’obéir, le fit assassiner, en 1792.
Source "Mémoires d’Algérie"


5. Hadj Ahmed Bey
Constantine vers 1784 - 1850
Hadj Ahmed, dernier bey de Constantine, est l’une des grandes figures de la résistance au colonialisme.
Après avoir occupé plusieurs postes de responsabilité, il devint gouverneur du Beylik de l’Est en 1826, au temps du Dey Hussein.
Le dernier bey de Constantine fit construire son palais de 1826 à 1835. Il eut recours à deux artistes réputés, El Hadj el-Djabri, originaire de la ville et le Kabyle El-Khettabi.
Il livra et remporta sa première bataille à Constantine, en 1836, contre les troupes commandées par le maréchal Clauzel. Le 21 novembre 1836, un corps de 8700 hommes arrive devant Constantine. L’armée française entreprit deux assauts par le pont, mais ils se brisèrent devant la porte d’EI Kantara. Battant en retraite, poursuivis par les Algériens, les soldats français abandonnèrent sur le terrain armes, bagages et blessés.
En 1837, l’état-major français décida de mener une seconde expédition, qui fut confiée au général comte de Damrémont. Celui-ci disposait de 20400 hommes, dont 16000 combattants, d’une artillerie importante commandée par le général Valée et d’un corps de génie. Le 5 octobre, cette armée arriva à Constantine. Le 13 octobre, après une forte résistance la ville finit par tomber entre les mains de l’ennemi, qui subit pourtant de lourdes pertes.
Hadj Ahmed Bey n’abandonna pas pour autant la lutte, et, ayant réussi à sortir de la ville avec quelques cavaliers, il se rallia des tribus de la région et se dirigea vers les Aurès en passant par Biskra. Il incita les populations de la région à organiser la résistance pour paralyser les mouvements de l’envahisseur.
Mais, de plus en plus isolé et affaibli, il se rendit en juin 1848. En résidence surveillée à Alger, il y mourut en 1850.
Source "Mémoires d’Algérie"


6. Général Louis Juchault de Lamoricière
 Ne le 5 février 1806 - 2 septembre 1865


7. Alphonse Laveran
18 juin 1845 - 1922
Médecin, chercheur - Prix Nobel
Après avoir fait ses études classiques au collège Sainte Barbe, puis au lycée Louis le Grand, le jeune Laveran intègre en 1863 limicole du Service de Santé Militaire de Strasbourg. Nommé interne des hôpitaux en 1866, il soutient en 1868 sa thèse de doctorat et rejoint aussitôt l’École d’Application du Val-de-Grâce.
En 1878, son temps d’agrégation terminé, Laveran est affecté aux hôpitaux de la division de Constantine, et successivement à ceux de Bône, Biskra et Constantine, où il est promu en 1879, médecin major de 1" classe. C’est à Constantine, en 1880, que Laveran décrit dans le sang d’un soldat paludéen, des corps sphériques pigmentés identifiés à l’hématozoaire du paludisme, découverte fondamentale aussitôt rapportée à l’Académie de Médecine et à l’Académie des Sciences.
C’est en 1907, que l’institut royal Carolin de Stockholm décerne à Alphonse Laveran le prix Nobel de physiologie et de médecine pour l’ensemble de ses travaux sur le rôle des protozoaires comme agents infectieux.
Il a laissé son nom au lycée des filles de Constantine.



8. Paul Jobert
Tlemcen 1863 - Constantine 1942
Peintre
Élève de Bastien-Lepage, de Jules Lefebvre et de Benjamin-Constant. Peintre de la Marine à partir de 1891, il expose au Salon des Artistes Français à partir de 1886, aux Expositions Universelles de 1889 et 1900, au Salon de Paris de 1888 à 1914. Très apprécié aux Etats-Unis, il a aussi exposé à New-York, à Philadelphie. Il est fait chevalier de la Légion d’Honneur en 1908 puis officier.
Nommé en 1931 consevateur du Musée Gustave Mercier (aujourd’hui Musée national Cirta)


9. Émile Morinaud
17 février 1865 à Philippeville - 20 février 1952 à Djidjelli
Député-Maire de Constantine, Ministre
Il devient Maire de Constantine le 27 janvier 1901. Il est ensuite élu Député et nommé Ministre.
Pendant ses mandats de Maire qui durèrent 34 ans, il transforma la ville. On lui doit entre autre l’arasement du Coudiat-Aty, le pont de Sidi Rached, le pont suspendu de Sidi M’Cid, les passerelles Perrégaux et Lamy, les ascenseurs Sidi M’Cid et Perrégaux, le boulevard de l’Abîme, le Monument aux Morts, la Poste, le Casino, le Musée, le Palais de Justice, la refonte complète de l’Hôpital, de nombreuses Habitations à Bon Marché, etc, etc ...


10. Gustave Mercier
Constantine 1874 - Alger 1953
Commissaire Général du Centenaire - Créateur du musée de Constantine


11. Maréchal Alphonse Juin
16 décembre1888 - 27 janvier 1967
Né à Bône (Algérie).
Fils d’un gendarme en poste à Mostaganem, Alphonse Juin fréquente d’abord l’école communale Victor Hugo de la rue Petit à Constantine. Il étudie avec facilité, mais il est le meneur de jeu de l’équipe du "Coudiat" qui se livre dans Constantine à mille facéties.
Il fait également ses études secondaires en Algérie, aux lycées d’Alger puis de Constantine, avant d’intégrer Saint-Cyr en 1910. Sorti major de sa promotion en 1912.
Élevé à la dignité de maréchal de France en 1952.
Membre de l’Académie des Sciences coloniales, il fut élu à l’Académie française le 20 novembre 1952.



12. Maximilienne Heller
Constantine le 15 septembre 1889 - Décédée vers 1960
Ecrivain
Dès le début du XXe siècle, elle publie textes et poèmes dans différentes revues, commes les « Annales africaines », « L’Afrique du Nord illustrée », « La Kahena (Tunis) », « Terre d’Afrique », « L’Echo d’Alger » ou encore « Marius ».
Elle figure dans l’anthologie « de treize poètes algériens » publiée par Robert Randau en 1920 ainsi que dans celle de Louis Bertrand : « Notre Afrique » (1925).
Elle fait paraître en 1919 « La Détresse des revanches », « puis « La Jeunesse de la Terre » et « Le Feu qui danse ». Et c’est en 1922 qu’elle obtient le Grand prix littéraire de l’Algérie avec son livre « La Mer rouge » (Grasset), qui décrit la communauté juive de Constantine. En 1928 parait un roman ayant le Maroc pour cadre : « Les Hommes de proie ».
Étant jeune, elle a été également une pionnière de l’aviation en Algérie. Elle a aussi joué du piano dans des cinémas à Constantine et à Blida.
Après son mariage, elle s’installe à Paris et continue d’écrire dans d’autres journaux : « L’Ère nouvelle », « Demain », « La Voix des femmes », « L’Humanité ». Un autre livre sort en 1939 : Les Pélardier ».
Bien que considérée comme « écrivain colonial », ses thèmes sont plutôt anti-colonialistes.


13. Abdelhamid Ben Badis
4 décembre 1889 - 16 avril 1940
Né en 1889 à Constantine, Abdelhamid Ben Badis fait ses études à la Zitouna de Tunis. Prédicateur et formateur à la mosquée "Djamaâ Lakhdar" qu’il ouvre en 1911, il se rend en pèlerinage en 1914 à la Mecque.
Il participe activement au mouvement de l’Islah musulman et publie dès 1925 Al Mountaqid, journal critique dans lequel il amorce un travail profond de prise de conscience nationale.
Après l’interdiction de cet organe, il lance la même année "Achihab" (le météore) puis "El-Bassaïr" (visions d’avenir) où il contribue à faire renforcer dans les plus larges masses les concepts du nationalisme, de l’arabisme et de la fidélité a l’Islam, les trois piliers de la personnalité algérienne.
Fondateur de l’Association des Oulémas d’Algérie, il participe au Congrès musulman d’Alger en juin 1936 et déploie une activité constamment entravée par l’administration coloniale.
Il meurt en 1940, laissant derrière lui une œuvre politique et culturelle qui a nourri l’esprit de plusieurs générations d’Algériens de son fameux triptyque : "l’Algérie est notre patrie, l’Islam est notre religion, l’Arabe, est notre langue."
Promoteur du savoir, il est le 16 avril de chaque année, honoré au cours de "Youm-El-Ilm" (Journée de la science.)
Source "Algeria Web Guide"


14. Charlotte LOUVET dit Princesse Charlotte de MONACO
Constantine 30 septembre 1898 - Paris 15 novembre 1977
Mère de Rainier III, Prince de MONACO


Fille de Juliette LOUVET - - Titrée Mlle de VALENTINOIS 16/3/1919, Duchesse de VALENTINOIS 20/5/1919 et Princesse Héréditaire de MONACO 1/8/1922 - m. Monaco 19/3/1920 Comte Pierre de POLIGNAC (24/10/1895-10/11/1964), titré Prince de MONACO sous le nom de GRIMALDI - Div. 18/2/1933 - 2 enfants


15. Malek Bennabi
Constantine 1905 - Alger 31 octobre 1973
Penseur


16. Roger Debat
Constantine 26 juin 1906 - La Napoulme 9 septembre 1972
Peintre


Enfant de Constantine, élève de son père, le peintre Gustave Debat, puis de l’Ecole des Beaux-Arts d’Alger, ensuite de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris où il glane de nombreux prix.
Roger Debat devenu directeur des Beaux-Arts de Constantine, trouve dans sa ville et son environnement pittoresque des trésors d’inspiration.
Toute sa vie, cherchant la lumière, il exprime à merveille la transparence du ciel Algérien, le jeu des clairs-obscurs sur les visages typiques et dans les dédales des rues arabes.


17. Marcelle Devaud
7 janvier 1908 à Constantine
Après des études au lycée de Constantine, puis à la faculté de lettres de Grenoble, Marcelle Gougenheim épouse Stanislas Devaud, professeur agrégé de philosophie, élu député de Constantine en 1936.
En 1940, le couple regagne la France, s’installe à Clermont-Ferrand, puis à Paris en 1943. Engagé dans la Résistance, il contribue, avec l’aide du Secours National, à soustraire aux recherches policières des évadés, des résistants, des israélites ou des réfractaires au STO.
Sénatrice dès 1946 puis députée (de 1958 à 1962), maire de Colombes (1959-1965), membre de Conseil Economique et Social (1962-1979), représentante de la France à la commission de la femme aux Nations-Unies (1975-1983).
Hommage rendu par le Sénat pour ses cent ans


18. René Bianco
21 juin 1908 à Constantine, 23 janvier 2008 à Charbonnières
Chanteur d’Opéra ; Baryton
Il fait des études de chant avec madame Cholin. Il a débuté sa carrière de baryton au théâtre de Constantine qu’il dirigera plus tard pendant un an. Sur le continent africain il chante à Alger et à Oran ainsi qu’à Tunis. En 1948, il rentre à l’Opéra Comique à l’Opéra de Paris grâce à deux représentations auditions : les contes d’Hoffmann de Offenbach et Lohengrin de Wagner.
Dès lors, il interprète les plus beaux rôles de baryton des opéras de
Puccini, Verdi, Wagner, Charpentier, Bizet, Gounod, Rameau, Massenet... (plus de 80 oeuvres à son répertoire). Il a créé également, plusieurs oeuvres contemporaines.
Après deux ans d’enseignement au conservatoire de Québec, il continue sa carrière de chanteur et de professeur de chant en France et en Europe jusqu’à ces dernières années.
Il passa ensuite sa retraite dans sa maison familiale près de Lyon.


19. Redha Houhou
 1911 - 29 mars 1956


Nouvelliste, romancier et dramaturge, Redha Houhou est considéré comme « le père du roman algérien d’expression arabe ». Cependant "La belle de La Mecque" reste le seul roman de l’auteur dont certaines de ses œuvres ont été brûlées par les forces coloniales après son arrestation et son assassinat en 1956. Il a donné son nom à l’ancien lycée d’Aumale à Constantine.


20. Cheikh Raymond
1913 - 22 juin 1961


21. Jean Michel Atlan
Constantine en 1913 - 1960
Peintre français
L’un des précusseurs à Paris, vers 1944, des courants informels et gestuels, épris d’ésotérisme et de primitivisme. Il parvient vers 1953 vers des formes semi-abstraites puissament scandées de cercles noirs qui exaltent la couleur.


22. Alfred Nakache
Constantine le 18 novembre 1915 - Cerbère le 4 août 1983
Le "nageur d’Auschwitz"


23. Maurice Tubiana
Constantine 25 mars 1920
Professeur, chercheur en biologie et cancérologue


Docteur en médecine (1945), interne en médecine (1946) dans le laboratoire de Frédéric Joliot-Curie , docteur en physique (1947), il séjourne aux Etats-Unis pour étudier la biophysique à l’Université de Berkeley (John D. Lawrence) (1948-1949) ; professeur agrégé de physique médicale (1952), radiologiste des hôpitaux de Paris (1958). Il est chef du laboratoire des isotopes et du bêtatron à l’Institut Gustave-Roussy (1952), puis chef du département des radiations (1959-1982), professeur de radiothérapie expérimentale et clinique à la faculté de médecine de Paris (1963-1989), directeur de l’unité de recherche Inserm 66 de radiobiologie clinique (1966-1982), directeur de l’institut Gustave Roussy à Villejuif (1982-1988).


24. Jean Negroni
Constantine 4 décembre 1920 - Île Rousse 28 mai 2005
Comédien et metteur en scène , fut initié au théâtre par Albert Camus, compagnon de la première heure de Jean Vilar au TNP et au Festival d’Avignon , directeur et fondateur de la Maison des arts et de la Culture de Créteil.
Il resta associé pour le grand public au personnage de Robespierre qu’il incarna à la télévision dans La caméra explore le temps puis au théâtre sous la direction de Robert Hossein.


25. Guy Darbois, de son vrai nom Guy Samakh
Constantine 1922
Journaliste A2
Guy Darbois avait pour charge de trier et sélectionner les questions posées par les téléspectateurs lors de l’émission "Les dossiers de l’écran", diffusée de 1967 à 1991.


26. Jacques Benichou
Constantine 12 mai 1922
Ingénieur
Polytechnicien et ingénieur aéronautique.
1960 : Ingénieur à la Délégation Ministérielle pour l’Armement,
1974 : Président Directeur Général de Messier-Hispano-Bugatti,
1982-1987 : Président Directeur Général de la SNECMA,
1987 : Président d’Honneur de la Snecma.
1985 : Président du GIFAS,
1987 : Président d’Honneur du GIFAS.
Commandeur de la Légion d’Honneur.
Officier de l’Ordre National du Mérite - 1972.
Médaille de l’Aéronautique - 1963.


27. André Nouschi
Constantine 10 décembre 1922
Historien
André Nouschi, qui fut combattant de la France libre, est notamment l’auteur d’un livre, maintenant bien oublié, sur le niveau de vie des populations rurales constantinoises durant la période coloniale jusqu’en 1919 (PUF, 1961). Ce livre, décisif, avait en son temps été salué, comme "la goutte d’eau qui s’offre au voyageur après la traversée du désert".
André Nouschi a été enseignant à l’université de Tunis, et il est professeur honoraire de l’université de Nice.


28. Albert-Paul Lentin
Constantine le 28 août 1923 - 23 décembre 1993
Journaliste, historien et poète
Diplomé de droit et de philosophie de l’université d’Alger.
Débute sa carrière de journaiste en 1948 à Libération. Collabore à diverses publications ( France Observateur, Esprit , Les Temps Modernes). Service étranger du Nouvel Observateur en 1965.
Fonde en 1970 Politique-Hebdo.
Après son départ en retraite, il était chroniqueur à RFI.


29. Maâmar Benzeggouta
Constantine 1924, Constantine 8 janvier 2008
Chercheur
Cet instituteur en retraite a publié en 1999 le premier tome d’une série de livres sur les trente siècles d’histoire de Constantine : "Cirta-Constantine de Massinissa à Ibn Badis".
Sa devise est : " Quand l’Historien rafraîchit les mémoires, quand il réveille les consciences, quand il apporte une certaine image du Passé, il fait l’Histoire. "


30. Redjem Benzaid
Constantine 1924
Inspecteur général des finances
Né en Algérie où il est resté jusqu’à la fin des années 1950, il a ensuite embrassé une carrière au cours de laquelle notamment travaillé sur les questions d’intégration.
Rapporteur de la Fondation Charles de Gaulle, ancien inspecteur général des finances.


31. Robert Attal
Constantine 8 avril 1927 - 13 février 2015 à Paris
Historien
Né à Constantine, Robert Attal a huit ans lorsqu’il échappe au massacre qui le laisse orphelin.
Professeur d’histoire il a présidé pendant sept ans (1991-1997) la société d’histoire et d’archéologie du soissonnais. Il a écrit plusieurs ouvrages consacrés à la Révolution française et à la guerre de 1914- 1918 en Picardie.
Il est l’auteur du livre "Les émeutes de Constantine - 5 août 1934",
en 2004 d’un livre de souvenirs : "Constantine au loin" et en 2006 de "Constantine, le coeur suspendu"


32. Pierre Draï
Constantine 3 juillet 1926 - 18 avril 2013
Premier Président Honoraire de la Cour de Cassation
Président de la Commission pour l’Indemnisation des Victimes de Spoliations (CIVS).


33. Malek Haddad
Constantine 5 juillet 1927 - Alger 2 juin 1978
Écrivain


34. Rolland Doukhan
23 novembre 1928
Ecrivain
Il fait ses études au lycée d’Aumale où il rencontre Malek Haddad et devient son ami. Dans les années 1947 / 1950, il participe épisodi-quement au journal "Alger Républicain", ce qui lui permet de faire la connaissance de Kateb Yacine et de Mohammed Dib. Durant la guerre d’Algérie, il a donné asile durant plusieurs mois à l’écrivain Malek Haddad, alors poursuivi.
Il publie un recueil de poèmes "Le Jeune homme-Silence", en 1963. Puis, le roman "Béréchit", en 1989, suivi de "Un instant d’automne", qui obtient le prix des bibliothécaires, et de "L’arrêt du cour", qui obtient le prix du Rotary club. Ces trois derniers ouvrages ont été édités aux Editions Denoël.


35. Kateb Yacine
Constantine 2 août 1929 - Grenoble 28 octobre 1989
Écrivain


36. Josy Adida-Goldberg
Constantine 1929
Elle fait ses études jusqu’en classe de première A au lycée Laveran.Parallèlement de 1948 à 1961, elle a fait partie de la troupe de théâtre amateur « Les compagnons du vieux Rocher ».
Elle passe alors de nombreux concours administratifs qui lui permettront d’avoir des postes à responsabilité. Elle terminera sa carrière en qualité de Chef de service des Bourses au Rectorat de Paris.
Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à Constantine et à l’Algérie


37. Cheikh El-Hadj-Mohamed Tahar El-Fergani
9 mai 1929


38. Roger Benmebarek
Constantine 1930
Préfet de région honoraire


39. Simone Tamar
Son nom est Simone Aouizerate née Allouche , Tamar étant son prénom hébraïque
Souk Ahras 15 janvier 1932 - Paris 15 janvier 1982


40. Chanteuse malouf
Élève des plus grands musiciens de malouf , elle chante d’abord dans l’orchestre de Sylvain Ghrenassia , puis se lance seule. On la surnommera vite « la voix d’or de Constantine ».
Mais ce qui fait d’elle une véritable artiste ce sont ses connaissaces parfaites des règles du malouf qu’elle applique scrupuleusement. Elle décida de se lancer seule dans la "jungle musicale", renoue dans les années 1980 avec les musiciens Constantinois, et se produit assez souvent avec succès aussi bien en Algérie qu’en France. Elle quitte l’ Algérie bien après l’indépendance. Elle enregistre par la suite plusieurs albums CD de bonne qualité et se produit avec succès autant en France qu’en Algérie. Elle décède à Paris le 15 janvier 1982 alors qu’elle allait fêter son cinquantième anniversaire. Elle fut avec Reinette l’Oranaise , Alice Fitoussi et Fadila Dziria , l’une des rares femmes à avoir laissé leurs noms dans cette musique , sans avoir connu une grande notoriété


41. Françoise Arnoul
Née à Constantine le 3 juin 1931 sous le nom de Françoise Gautsch.
Comédienne - Actrice de cinéma
Ses principaux films : Nous irons à Paris (1949) - La maison Bonnadieu (1951) - Le fruit défendu (1952) - Les amants de Tolède (1952) - Dortoir des grandes (1953) - La rage au corps (1953) - Le mouton à cinq pattes (1954) - French cancan (1954) - Des gens sans importance (1955) - Si Paris nous était conté (1955) - Les amants du Tage (1955) - Sait-on jamais (1957) - La chatte (1958) - Le chemin des écoliers (1959) - Le diable et les dix commandements (1962) - Lucky joe (1964) - Le roi d’ Yvetot (1969) - Violette et François (1976) - Ronde de nuit (1983) - Les années campagne (1992) - Temps de chien (1995) - Merci pour le geste (1999) .


42. Alphonse Halimi
Constantine le 18 février 1932 - Paris 12 novembre 2006
Champion du monde de boxe
Halimi a été champion du monde poids coq de 1957 à 1959. Il conquit ce titre le 1er avril à Paris face au champion en titre Mario d’Agata. Quelques temps auparavant, il a été meilleur poids coq amateur français entre 1953 et 1955 et remporta également le titre All-Mediterranean en 1955.
Il passa professionnel après 189 combats amateurs, Halimi gagna ses 7 premiers combats pro par KO, 5 d’entres eux dans le premier round.
Quinze mois après avoir perdu son titre mondial, en juillet 1959, Halimi obteint la couronne Européenne des poids coq. Il perdu ce titre sept mois plus tard mais le reconquit le 26 juin 1962 à Tel Aviv face à Pireo Rollo. Cette rencontre fut le premier combat professionnel jamais organisé dans l’Etat d’Israël.
Palmarès professionnel d’Halimi : 50 combats, 41 gagnés (21 par KO), 8 perdus et 1 match nul.


43. Chérif Guellal
Constantine 19 Août 1932 - Alger 7 Avril 2009
Combattant de la résistance algérienne, diplomate
Après avoir servi comme proche lieutenant de Ahmed Ben Bella, ce dernier étant devenu président, M. Guellal est nommé à Washington comme premier ambassadeur de l’Algérie postcoloniale aux États-Unis.
La guerre de 1967 israélo-arabe a rompu les relations diplomatiques entre les Etats-Unis et l’Algérie et a mis fin au mandat de M. Guellal comme ambassadeur. Il est resté représentant officieux de l’Algérie à Washington.
Il est devenu un représentant de la compagnie énergétique nationale Sonatrach.


44.Claude Cohen-Tannoudji
Né en 1933 à Constantine
Physicien - Prix Nobel
"L’académie royale des sciences de Suède a distingué en octobre 1997 les maîtres du froid et de la lumière pour le prix Nobel de physique. En quinze ans, le français Claude Cohen-Tannoudji et les américains Steven Chu et William D. Phillips ont su domestiquer les atomes avec des blizzards de lumière produits par les lasers. Les records de température ainsi obtenus sont aux limites du froid absolu (-273.15°C). Ces recherches très fondamentales ont déjà donné lieu à des applications avec la mise au point d’une horloge à atomes froids cent à mille fois plus précise que les instruments actuels."


45. Jean-Claude Héberlé
Constantine 3 février 1935 - Valaurie 1er novembre 2013
Journaliste en Algérie 1957-61 (correspondant de la RTF à Constantine), reporter radio et TV en France 1961-67, correspondant à Washington USA 1967-70, directeur général de Radio Monte Carlo à Monaco 1981-84, Président/Directeur Général de d’Antenne 2 1984-86, nombreuses distinctions professionnelles 1986-89. Chevalier de la Légion d’Honneur.


46.Zhor Ounissi
Constantine 1937
Auteure et femme politique
Native de Constantine, elle obtient deux licences de littérature et de philosophie et se spécialise en sociologie à l’Université d’Alger. Elle a de nombreux ouvrages traduits en plusieurs langues et obtenu la reconnaissance arabe et internationale. Elle fut la première femme à occuper des postes ministériels au sein du gouvernement algérien.


47. Enrico Macias
11 décembre 1938
Chanteur


48. Pierre Gozlan ou "la Vie en bas-relief"
Constantine 19 décembre1939
Artiste-peintre


49. Guy Allouche
27 octobre 1939
Ancien sénateur PS du Nord
Elu le 25 septembre 1983 ;
Réélu le 27 septembre 1992 ;
Fin de mandat le 30 septembre 2001
Secrétaire du Sénat
Vice-Président du Sénat
25 janvier 2012 désigné membre du Conseil supérieur des chambres régionales des comptes.


50. Georges Morin
Né à Constantine en 1942 (il y a vécu jusqu’en 1966)
Inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Georges Morin est aussi maire-adjoint de Gières (Isère). Vice-président de Cités-Unies-France, association de maires militant pour la coopération internationale, il y suit particulièrement les relations entre villes françaises et villes algériennes.
Il a fondé en 1985 et préside depuis lors l’association Coup de soleil, qui a pour objectif de rassembler les gens de France originaires du Maghreb pour travailler au rapprochement des deux rives de la Méditerranée.


Auteur de "L’Algérie" (oct. 2003) publié par "Le cavalier bleu" collection "Idées reçues"


51. Raphaël Draï
Né à Constantine en 1942
Professeur de Droit et de Sciences Politiques
Le professeur Raphaël Draï est né à Constantine. Professeur à l’Université d’Aix-Marseille, il etait l’un des premiers chercheurs à avoir introduit la psychanalyse en sciences politiques. Il est également l’un des meilleurs connaisseurs actuels de l’univers biblique.
Raphaël Draï etait également profondément engagé dans le dialogue inter-religieux.
Il etait l’auteur de nombreux ouvrages dont la trilogie "Lieux de naissance".


52. France Anglade
Née à constantine le 17 juillet 1943
Comédienne - Actrice de cinéma
•Filmographie partielle : Guinguette - Les amours celèbres - Les rendez-vous de minuit - Les Parisiennes - Les 7 péchés capitaux - Les veinards - Du mouron pour les petits oiseaux - Clémentine chérie - Comment trouvez-vous ma soeur ? - Le repas des fauves - Caroline chérie - La servante.


53. Jamel Ali Khodja
Né à Constantine en 1944
Ecrivain


54. Jean Louis (dit Jean-Loup) Sarbib
Né à Constantine 5 juin 1944
Vice président, région Moyen-Orient et Afrique du Nord, de la Banque Mondiale, Jean-Louis Sarbib est arrivé à la Banque Mondiale en 1980. Quatre ans plus tard il est nommé conseiller senior de la planification dans la région de l’Afrique de l’Est.
En 1996, il commence à partager la vice-présidence de la région Afrique avec Monsieur Callisto Madavo et en cette qualité, est responsable des activités de la banque dans 23 des 48 pays de l’Afrique Sudsaharienne.


55. Abdelhamid Aberkane
30 juillet 1945
Professeur de médecine
Chef de service en réanimation médicale au CHU Benbadis de Constantine. Maire du Khroubs depuis décembre 2012.
Ancien doyen de la faculté de médecine de Constantine. Ministre de la Santé, ministre de l’Enseignement.
Ancien directeur de l’OMS.


56. Abdelaziz Ziari
Né le 18 août 1945 à Constantine
Homme politique algérien
Abdelaziz Ziari a suivi des études médicales. En 1978 , il enseigne à l’université d’Alger et en 1980 il en devient chef du service hospitalo-universitaire.
Député FLN de 1983 à 2012.
Président de l’ Assemblée populaire nationale depuis 2007.
De 1991 à 2013 il occupe plusieurs postes de ministre.


57. Abdelmalek Sellal
Né le 1er août 1948 à Constantine
Haut fonctionnaire et homme politique algérien
Diplomé de l’ENA en 1974 (diplomatie)
Nommé Premier ministre le 3 septembre 2012


58. Najia Abeer
Constantine, 16 septembre 1948 - Alger, 21 octobre 2005
Auteure littéraire et artistique
Ancienne professeur d’anglais à Alger, elle a publié en 2003 son premier roman sur Constantine la ville de son enfance.


59. Michel Hannoun
Constantine 7 mars 1949
Médecin, député RPR de l’Isère
Docteur en médecine, gynécologue obstétricien, il a exercé en libéral et en groupe pendant 15 ans. Maire honoraire de Voreppe, il a été député à plusieurs reprises et président du conseil général de l’Isère. Directeur des études d’un grand groupe industriel français, conseiller du commerce extérieur de la France, il est par ailleurs, vice président de la société française d’économie de la santé. Il a été élu à la Présidence de la Fédération des métiers de santé de l’UMP en septembre 2005.


60. Paul Amar
11 janvier 1950
Journaliste et présentateur de télévision, romancier.
Correspondant permanent pour France-Inter en Asie du Sud-Est puis aux Etats-Unis, avant de devenir éditorialiste puis chef du service politique à Antenne 2. Il a présenté le journal de 20 heures.
Auteur de :
Scènes de la vie de province (2001)
Œeil de verre (1994)
Blessures (2014)


61. Hervé Hannoun
Né le 3 août 1950 à Constantine
Inspecteur général des finances
Diplômé de l´Institut d´études politiques de Paris.
Elève à l´Ecole nationale d´administration (Ena) (promotion Léon Blum, 1973-75), à l´Inspection générale des finances (1975-79), Inspecteur des finances, Chargé de mission à la direction du Budget (1979-81), Chargé de mission puis Conseiller technique au cabinet du premier ministre (1981-84), Conseiller technique au secrétariat général de la présidence de la République puis Chargé de mission auprès du président de la république (1984-88), Sous-directeur au ministère de l´Economie, des Finances et du Budget, Directeur de cabinet (1989-92) de Pierre Bérégovoy (ministre d´Etat, ministre de l´Economie, des Finances et du Budget puis Premier Ministre), Second sous-gouverneur (1992-99), Premier sous-gouverneur (depuis 2000) de la Banque de France, Inspecteur général des finances, Président du comité des relations internationales du système européen des banques centrales, Membre du conseil de la politique monétaire, du conseil général de la Banque de France et du conseil d’administration de la Banque des règlements internationaux.
Décor. : Chevalier de la Légion d’honneur.


62. Benjamin Stora
2 décembre 1950
Historien, écrivain


63. Abdelhamid Ali-Bouacida
1952
Journaliste - écrivain
Né en 1952, il vivra toute sa vie à Constantine où il y fera toutes ses études. Au lycée Réda Houhou puis à celui de Victor Hugo.
Une fois diplômé, il enseignera quelques années à l’université de la ville puis se tournera vite vers le journalisme, « poussé par cette irrésistible envie d’écrire plus que de compter ». Il dirigera plus tard, l’un des premiers journaux satiriques algériens sous le nom d’El Guentra (Le Pont) avant de « s’éclipser » en 1992 pour des raisons essentiellement sécuritaires. Il collabore alors dans plusieurs publications en Algérie comme à l’étranger. C’est durant cette période que l’envie d’écrire devient salutaire et se profile « Cinq dans les yeux de Satan » son premier recueil de nouvelles.


64. Alhem Mosteghanemi
Constantine 1954
Ecrivain
Ahlem Mosteghanemi est une grande écrivaine et poétesse arabophone native de Constantine. Elle est connue pour être l’écrivaine la plus lue dans le monde arabe.


65. Nicole Guedj
11 Mai 1955 à Constantine
Avocat à la Cour de 1979 à 2004.
Secrétaire d’Etat aux droits des victimes (depuis le 1 er avril 2004).
Secrétaire d’Etat aux programmes immobiliers de la Justice (du 22 janvier au 30 mars 2004).
Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur.
Ancienne administratrice du Consistoire de Paris et Conseillère du Président.
Ancienne administratrice du Consistoire central de France.
Ancienne membre du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France)


66. Marc SAMUEL ou Marc HADJADJ
29 mai 1956 à Constantine
Comédien
Formation d’acteur : institut d’études théâtrales, stage à l’Acteur Studio (Paris), cours de théâtre Atelier d’Ivry.
Participe à plus d’une trentaine de pièces de théâtre à Paris, en province et
à l’étranger. Prés d’une centaine de films (télé films, films, séries TV, courts métrages).


67. Bachir Hadji
20 octobre 1956 à Constantine
Artiste sculpteur


68. Taoufik Bestandji
Constantine 1957
Musicien et professeur de Malouf


69. Smaïn Fairouze
3 janvier 1958 à Constantine


70. Daniel Levi
26 août 1961
Chanteur


71. Faouzi Lamdaoui
14 novembre 1962
Ancien Secrétaire National du PS, l’un des plus proche de François Hollande, il est aussi Maire-adjoint d’Argenteuil (95) et Vice-Président de l’agglomération d’Argenteuil-Bezons, et par aïlleurs il est inégnieur logisticien.
Chef de Cabinet de F.Hollande pour la campagne présidentielle de 2012.


72. Maaskri Moussa
15 novembre 1962
Comédien


73. Malek Bensmaïl
1966 à Constantine
Cinéaste


74. Ahmed Benzelikha
Né à Constantine 1967
Journaliste et écrivain


75. Hassiba Boulmerka
10 juillet 1968 à Constantine
Championne d’atlhétisme (1500 m)
Championne d’Afrique : 800 m en 2’02"33 ; 1500 m en 4’08"33
Championne Olympique 1500 m en 1992 à Barcelone
Championne du monde 1500 m en 1991 à Tokyo et en 1995 à Göteborg


76. Mohamed Lamine Bendjama
Né à Constantine
Artiste - Peintre - Infographiste (Vit et travaille à Paris)
Études :
1982-86 École Nationale des Beaux-Arts Constantine, puis Alger
1994 Diplôme ENSAD spécialisation cinéma, animation, vidéo.
1995 Atelier d’Image Informatique.
Expositions :
1985-1993 peintures, gravures, sérigraphies.
1984 : Théâtre de Constantine.
1985,1989,1990 : Galerie Issyakheim à Constantine.
Filmographie : La goutte d’or (1992), Beur (1993), Milimo (1994), Life is life (1994), La danseuse et le perroquet (1995)


77. Ali Saïdi-Sief
Né le 15 mars 1978 à Constantine
Champion d’athlétisme
Spécialité : 5000m - 1500m
Vice-champion Olympique et Médaille d’argent au Jeux Olympiques de Sidney (2000) sur 5000m.


78. Sandra Laoura


Née le 21 juillet 1980 à Constantine
Championne de Ski acrobatique (équipe de France)
Médaille de bronze en ski de bosses aux Jeux Olympiques de Turin (2006).
Championne de France (2005).


79. Michel Zerbib : Journaliste


 


http://www.constantine-hier-aujourdhui.fr/LaCulture/celebrites.htm

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0