English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Lituanie : un mémorial de la Shoah s’ouvre...

Lituanie : un mémorial de la Shoah s’ouvre...

Pays d’Eliyahou ben Shlomo Zalman ( (1720 - 1797), plus connu comme le Gaon de Vilna (le Génie de Vilna), est l’un des représentants les plus éminents du judaïsme lituanien et l’un des leaders juifs les plus influents de l’histoire moderne.

Avant la Shoah, Vilnius était l’une des plus importantes cités juives d’Europe et un foyer majeur de la culture yiddish. Elle était surnommée la “Jérusalem du Nord”.

Aujourd’hui près de 3.100 Juifs vivent en Lituanie, un petit pays balte de 3 millions d’habitants qui est membre de l’Union européenne et de l’OTAN.

A l’issue de plus de deux ans de travaux de restauration du patrimoine juif de Seduva, une petite bourgade d’à peine plus de 3.000 habitants du nord de la Lituanie, une cérémonie privée a été organisée dans le cimetière juif récemment réhabilité.

Plus de 400 pierres tombales ont été identifiées et environs 1.300 d’entre elles ont été soit soigneusement restaurées ou conservées en l’état en mémoire des milliers de Juifs qui composaient la majorité de la population de ce qui fut autrefois un shtetl lituanien.

"Shtetl" en yiddish signifie "petite ville". Ce pouvait être également un grand village. Les "shtetls" étaient situés en Europe orientale et composés d’une population juive dont la langue était le yiddish et qui vivait pratiquement en autarcie. Ils ont tous disparu avec la Shoah.

“Les assassins n’ont pas réussi à tuer notre mémoire. Nous sommes de retour parce que notre mémoire est plus forte que leurs balles. Et la mémoire aura toujours le dessus”, a déclaré Sergey Kanovich, un écrivain originaire de la capitale Vilnius (Vilna en yiddish), à la tête du projet financé par le Šeduva Jewish Memorial Fund.

Sergey Kanovich a prononcé ces paroles sur l’un des trois sites à proximité de Seduva où, durant l’été 1941, les Juifs des environs furent emmenés pour être assassinés par les Nazis et leurs complices lituaniens.

Des monuments réalisés par le sculpteur Romas Kvintas vont maintenant être érigés sur ces lieux.

La réhabilitation du cimetière et les monuments commandés marquent ainsi l’achèvement de ce qui est seulement la première étape dans l’accomplissement d’un projet plus vaste pour la commémoration du patrimoine juif de Lituanie.

“Nous avons pour seul but de mémoriser les vies et les morts des Juifs de Seduva”, explique Sergey Kanovich. “ Mais ce qui s’est déroulé ici n’était pas différent de ce qui s’est passé dans toute la Lituanie où vivaient autrefois plus de 200.000 ‘Litwaks’ (les Juifs lituaniens en yiddish, ndlr), ces Juifs du Grand-Duché de Lituanie”, souligne-t-il.

La quasi-totalité d’entre eux ont péri durant la Shoah.

“Il est temps que la Lituanie redécouvre les trésors de la culture ‘litwake’. Il est temps d’aborder le patrimoine juif autrement qu’étant un problème. C’est un atout et une partie inséparable de l’histoire de la Lituanie”, note-t-il.

Les organisateurs et les responsables officiels locaux sont convaincus que le site, facilement accessible par l’autoroute reliant Panevėžys et Šiauliai, va devenir un lieu touristique important pour les visiteurs intéressés par le patrimoine culturel de la Lituanie et l’histoire de ses Juifs.

Le cimetière est ouvert tous les jours sauf le samedi et durant les fêtes juives. Lors de la cérémonie d’inauguration Sergey Kanovich a déclaré :

“Le 25 août 1941 était probablement une belle journée ensoleillée. Ce fut la dernière fois que les Juifs de Seduva regardèrent le ciel de Lituanie et virent briller le soleil. Sous la supervision des officiers nazis, les voisins lituaniens des Juifs de Seduva devinrent leurs bourreaux ici et en d’autres lieux. Il nous a fallu 70 ans et même davantage pour devenir les témoins de ce petit miracle de victoire de l’humanité. Nous sommes ici parce que nous n’oublierons jamais nos soeurs et nos frères. Nous n’oublierons jamais comment ils vivaient et la manière par laquelle ils ont été assassinés. Il est de notre devoir, Juifs tout comme Lituaniens, de nous souvenir et de respecter leur mémoire afin que la catastrophe qui a frappé les Juifs de Lituanie ne se reproduise plus jamais. Le souvenir et le respect, voilà notre devoir commun. Peu importe où vivent les ‘Litwaks’, que ce soit en Australie ou en Afrique du Sud, en Israël ou en Suisse, en Belgique ou au Canada, nous nous souviendrons toujours d’où nous venons, nous nous rappellerons de nos ancêtres et nous n’oublierons jamais ni ne permettrons qu’ils soient oubliés. Les assassins n’ont pas réussi à tuer notre mémoire. Nous sommes de retour parce que notre mémoire est plus forte que leurs balles. Et la mémoire aura toujours le dessus”.

Et Sergey Kanovich de conclure son discours à cette cérémonie qui a eu lieu le 25 mai soit le second jour de la fête juive de Chavouot :

“Nous tenons à remercier tout ceux qui ont permis à ce projet de devenir une réalité. Nous souhaitons exprimer notre gratitude à chacun des ouvriers qui ont fait que ces pierres tombales deviennent des mémoires. Nous sommes ici pour rappeler la vie et la mort de ces innocents qui ont été assassinés. Que leur mémoire soit bénie. Amen”.

L’assemblée a ensuite récité le Kaddish, la prière des morts pour honorer ceux qui furent assassinés.

Les premiers Juifs s’établissent à Vilnius (Vilna) au XIVe siècle et à Kaunas (Kovno) au XVe siècle.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0