English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Race et Argent

Race et Argent

Le sujet de la race est une carte qu’on peut jouer pour des raisons d’argent. Certaines personnalités politiques, comme Mme Le Pen ou Mr Guéant, en savent long sur cette histoire de profit éléctoral et financier pour se faire des votes et des sous, en invoquant les différences raciales ou culturelles, et en mettant ces différences dans un rapport de force.
Mais cette idée de profit provenant des malaises d’intégration, existe aussi dans les organismes supposés combattre le racisme. Beaucoup d’ONG, d’associations et divers regroupements soit-disant anti-racistes ne gagnent leur argent que s’ils peuvent garantir la survie des spectres du racisme dans la tête de leur public.
Ils ne proposent aucunes solutions, et ne font que rabâcher l’existence de ces puanteurs sociales ad nauseum.
Il existe aujourd’hui des cadres de ces organisations qui en privé se moquent de la crédulité du public auquel ils vendent le racisme et l’antisémitisme, comme une commodité pécunière.
Le public Juif est très réactif au racisme, ayant été historiquement une des cibles de choix de l’imbécilité humaine. Et c’est pour cela qu’il incombe au public Juif de rester en eveil afin de ne pas succomber aux supercheries et chantages de ceux qui, ou bien s’amusent à leur faire peur avec des alertes à l’antisemitisme, ou bien tentent d’hâtiser leur culpabilité en faisant croire à la communauté Juive qu’elle même est en passe de sombrer dans le racisme. Outre le fait que le ’racisme’ est un outil politique ultra usé, par les forces politiques de la récupération du discours de droit et de Justice sociale, il est aussi un instrument que divers truands utilisent
pour simplement faire du profit pécunier sur un public crédule et appeuré.
De nombreux Juifs s’accourent, leur chèque en main, dès qu’ils entendent une organisation faisant un appel pour combattre le racisme dans telle ou telle situation, interne ou externe à la communauté.
Mais c’est une erreur de demeurer accroché au problème sans l’analyser, ou pire, sans proposer de solutions.
Rappelons nous du Rwanda. Voici un peuple qui a été scindé, morcelé, et déchiré par les récupérations politiques du discours racial, ou ethnique, même quand il s’agissait d’un seul peuple.
Le leadership politique des Hutus, faisait croire au racisme Tutsi anti-Hutu, et demandait aux Tutsis de s’excuser auprès des Hutus, pour considerer ceux-ci inférieurs à eux-même. Ceux qui ont perpétré le massacre génocidaire des Tutsi, se considéraient victimes de racisme !!! Les Tutsis ont été massacrés jusque dans les églises catholiques, par des prêtres, bonnes soeurs, et évèques, qui accusaient les Tutsis d’être des "Juifs racistes", même s’ils étaient aussi catholiques que les Hutus !!! Mais en fait, il y avait de l’argent à gagner dans cette histoire. D’abord par ceux qui étaient intéressés par les resources pillables du Rwanda, et d’autre part par les vendeurs de peur, dont les ONG, qui se faisaient des profits sur les familles paniquées qui étaient prêtes à tout pour sortir de cet enfer déclanché par des mots de haine et de peur.
Il est temps de dépasser le discours du racisme et en venir aux vérités de la Justice et du Droit.
Les grands Pan Africains, Hailé Selassié, Mohamed V, Kwamen Kruma, Thomas Sankara, refusaient de faire plaisir aux colonialistes en ignorant consciemment tout le discours de récupération morale du ’racisme’ anti Noir. Ils étaient trop conscients de l’aisance avec laquelle une telle carte peut devenir instrumentalisée contre les colonisés. Ce qu’ils demandaient était simplement que le colonialisme et toute son économie à l’envers cesse d’exister. Les colonialistes répondaient typiquement qu’il fallait résoudre le problème du racisme, afin d’esquiver celui profit injuste fait sur les resources et le travail Africain.
Le nazisme se déguisait aussi en discours de race alors qu’il n’était qu’une stratégie économique pour faire du profit à partir de la guerre et de l’esclavage des Juifs et autres indésirables, jusqu’au génocide. Les Nazis étaient eux-même des chiens de garde d’une certaine aristocratie économique, qui utilisait les fascistes d’abord pour briser les grèves ouvrières et ensuite passer à l’acte d’éliminer toute resistance à leur plan de profit facile par l’esclavage. N’oublions pas que même les racistes comme les Nazis ou l’appareil polique Hutu, ont utilisé la carte du racisme en se plaçant d’abord comme victimes de celui-ci. La race est une invention qui continue à profiter et nourrir la malhonêteté de ceux qui ont compris que c’est une poule aux oeufs d’or. Mais la ferme où cette poule grandit est la maison de la haine, insensible au destin des humains, et qui fait oeuvre d’abbatoir des âmes naîves.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0