English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Etre Noir et Juif aux USA

Etre Noir et Juif aux USA


Être Noir en Amérique veut dire, entre autres choses, être confronte quotidiennement aux résultats des dynamiques qui vont de l’esclavage au mouvement des droits civils.
On ne peut pas, dans un contexte pareil, faire abstraction de la couleur de peau, et de ce qui y est associe dans notre conscience et celle des autres.
 
Qu’on le veuille ou non, on s’endort et on se reveille avec cette realite, et ce qu’elle implique : le message, le danger, la peine, la solidarite dans le partage d’un vecu commun avec ceux qui vivent sous la meme dénomination, le même chantage socio-economique.


Etre Noir en Amerique implique aussi une certaine ambiguite vis a vis du continent Africain. Parmi les raisons qu’on pourrait lier a cette ambiguite, il y a la memoire, peut etre a peine cicatrisee, d’une epoque ou mentionner l’Afrique, ou meme Haiti ou les Africains dans l’Ouest devinrent independants, etait considere un risque et une provocation qui pouvait couter la vie.
On peut aussi inclure dans cette ambiguite vis a vis de l’Afrique un mythe populaire quasi universellement accepte chez les Noirs Americains qui veut qu’ils furent vendus aux Blancs par leurs freres Africains. Evidemment, ce mythe convenait a merveille aux esclavagistes, et a leurs apologistes modernes pour se disculper du crime de l’esclavage. Ce mythe est des fois tellement accepte qu’il est souvent interprete religieusement : les Noirs Americains seraient comme le Joseph de la Bible, vendu comme esclave par ses propres freres.
Certains groupes comme les Hebrew Israelites vont plus loins. Ceux-ci enseignent et prechent dans les rues que les Noirs Americains ne sont pas Africains. Dans leurs preches, ils disent, tout comme certains fondamentalistes Blancs, que les Noirs Africains sont des descendants maudits de Ham.
C’est pour dire l’ampleur des mythes auto destructeurs dans un contexte ou etre accepte comme un humain egal a tout autre n’est pas evident.
La violence est omnipresente dans l’histoire des relations entre les Noirs et la societe civile en Amerique.
Nombreux sont les penseurs, Noirs et Blancs, qui se sont interroges sur la nature de cette violence et les solutions possibles pour en sortir.
Parmi ceux qui ont vu le plus justement il y avait Marcus Garvey. Celui-ci avait compris que la communaute Afro-Americaine devait internaliser deux principes fondamentaux. D’une part, la realite de la force economique dont ils sont la fondation, et d’autre part, leur connection vivante avec le continent Africain.
Le mouvement initie par Garvey etait le mouvement le plus populaire a son epoque. En effet, Mr Garvey etait le speaker qui remplissait Madison Square Garden avec le public le plus nombreux. Son message se repandit partout ou il y avait une communaute d’origine Africaine en Amerique, des Etats-Unis aux Caraibes et surtout a Cuba, ou il y avait le plus grand nombre d’assemblees ’Garveyite’. Meme Martin Luther King et Malcom X ont d’abord grandi sous l’ombre des concepts de Marcus Garvey.
Quand l’Italie declara la guerre a l’Ethiopie, le message de Garvey, qui avait predit une telle guerre, contribua a l’attention de la communaute Afro Americaine vers cette partie du monde. Quand l’empereur Haile Selassie parla a l’assemblee de la Ligue des Nations, nombreux sont les Noirs Americains qui etaient a l’ecoute.
Mais quand, des annees plus tard, le prix Nobel de la Paix fut propose d’etre partage entre Martin Luther King et Haile Selassie, l’organisation Noire du NAACP milita contre l’inclusion du leader Pan Africain Haile Selassie pour cet honneur, en adoptant l’argumentation coloniale qui accusait l’empereur d’etre un dictateur.
Ceci ne venait pas des masses Noires, qui avaient recu Haile Selassie avec grande pompe et jubilation lors de sa visite aux USA. Mais ceci provenait de leur leadership, qui avait herite de l’Amerique blanche d’un certain ostracisme quasi raciste envers l’Afrique.
Cependant, nombreux sont les Noirs Americains qui se joignirent au mouvement Pan Africain, et qui firent la visite du continent, avec le resultat d’une fierte culturelle et identitaire elargie.
Parmi eux, Muhammad Ali qui fit de son combat contre George Forman au Zaire l’occasion d’une reflexion sur la difference des conditions de vie et d’independance entre les communautes de part et d’autre de l’Atlantique, une observation sociale d’une pertinence indeniable.
D’autres, comme Bob Marley, devinrent le vehicule artistique de la pensee Pan Africaine avec le succes indeniable qu’on connait.
Etre Juif dans un tel contexte, c’est biensur comprendre les références Bibliques et Judaïques liees aux notions d’exil et de quete de Justice, mais c’est aussi l’exploration permanente dans les dynamiques humaines universelles. Car etre Noir, c’est aussi une opportunité unique dont la beauté reside dans l’observation du monde. Le regard de l’autre, c’est une information essentielle pour comprendre l’etat du monde a l’heure presente. On peut nous dire que "l’homme" est arrive sur la lune, mais nous savons que " l’homme" n’en est en fait meme pas arrive a la realisation terrestre de comprendre que " l’autre homme" et lui sont egsux dans leur humanite.
Etre Noir et Juif en Amerique, c’est porter en permanence le mirroir de la question sur etre humain. C’est aussi une joie immense d’avoir l’honneur de porter ce titre de noblesse de l’ame. Porter avec soi l’Afrique et la Thora.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0