English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Miri Regev écrit à Audrey Azoulay

Miri Regev écrit à Audrey Azoulay

La ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, a adressé hier une lettre à la nouvelle directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, lui demandant d’annuler les décisions niant le lien entre le peuple juif et le Mont du Temple, Jérusalem et Hébron. "Votre nomination m’a donné de l’espoir", écrit la ministre de la Culture. La voici dans son intégralité.
Chère Madame Azoulay,
Veuillez accepter mes sincères félicitations pour votre élection en tant que Directrice générale de l’UNESCO. Ces dernières années, nous avons douloureusement observé que cette importante organisation avait perdu son prestige professionnel tout en devenant un outil d’attaques politiques contre l’État d’Israël et contre le tout le peuple juif. L’organisation, qui a défendu la valeur de la transmission du patrimoine historique, est en train de perdre son objectif en ce qui concerne Israël et nos sites importants historiques.
Les résolutions de l’organisation sont devenues professionnellement et historiquement sans fondement, servant d’outil de propagande pour réécrire l’histoire.
Cette tendance a culminé dans les récentes décisions déformées concernant la proclamation du Mont du Temple et du tombeau des Patriarches comme sites du patrimoine palestinien, ignorant complètement la connexion profonde des Juifs, les traitants comme des occupants étrangers. Ces sites patrimoniaux et autres sites archéologiques de la Terre d’Israël sont une expression remarquable de l’affinité extraordinaire du peuple juif pour les régions historiques et sacrées de notre peuple. Peu importe l’opinion de quiconque concernant le conflit arabo-israélien, on ne peut nier la connexion du peuple juif à des sites tels que le tombeau des Patriarches et le Mont du Temple à Jérusalem. En tant que Ministre de la Culture, l’Autorité des Antiquités d’Israël et la préservation des sites historiques sont une partie importante de mon portefeuille. A ce titre, j’ai condamné les résolutions de l’UNESCO sur Israël, soutenu et renforcé la position de notre Premier ministre, M. Benjamin Netanyahu, dans sa décision de se joindre aux Etats-Unis pour annoncer notre retrait de l’organisation ". Cependant, votre élection à la tête de l’organisation m’a donné un nouvel espoir, peut-être la vérité historique sur les questions concernant Israël seront-elles désormais, sous votre direction, traitée équitablement et objectivement, comme se doit de le faire une organisation internationale comme l’UNESCO. Je suis certain qu’en tant que membre d’une famille juive qui a soutenu pendant des années l’Etat d’Israël, vous partagez mes sentiments, vous rappelant les paroles éternelles : « Si je t’oublie, Jérusalem, que ma droite m’oublie", mots que les Juifs ont acheminés à travers les siècles. Vous, comme moi, êtes familière avec les versets du Livre de la Genèse, dans la Torah, décrivant l’achat de la Caverne des Patriarches par Abraham, ainsi que l’enterrement de son épouse Sarah, et comme moi, vous pouvez entendre les prières des Juifs à travers les âges revenir en ces lieux.
Madame Azoulay, de même que la France n’a pas besoin du sceau de l’UNESCO pour confirmer sa connexion au Panthéon de Paris, et de même que la Chine n’a pas besoin d’un tel sceau pour affirmer son lien avec la Grande Muraille de Chine, le peuple juif - dont vous faites partie - n’a pas besoin du sceau de l’UNESCO pour certifier sa connexion à la terre d’Israël et à Jérusalem sa capitale.
La validité de ce certificat réside dans notre contrat éternel - le livre du Tanach, la Bible et la longue histoire des temps bibliques à nos jours, l’histoire de l’exil et de la rédemption, de la royauté et du Temple, des prières et des désirs. J’espère que vos déclarations de la semaine dernière ne resteront pas de simples mots mais conduiront à l’annulation de ces décisions problématiques et à la restauration des relations entre ceux qui cherchent la justice et la vérité à travers le monde et l’UNESCO. Ainsi, une fois votre nomination ratifiée, vous restaurerez l’intégrité du discours international et sauverez l’honneur de l’importante organisation internationale que vous avez été choisie pour diriger.
Avec mes salutations distinguées,
Miri Regev,
Brigadier Général de réserve
Députée
Ministre de la Culture et des Sports

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0