English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Parashat Ha’azinou, Rosh HaShana ou le sens de la Mémoire.

Parashat Ha’azinou, Rosh HaShana ou le sens de la Mémoire.

(Ha’azinou : Deuter 32:1-52) Par Rav Haïm Ouizemann
Cette Parasha rédigée sous la forme d’un chant (« Shira » Deutéronome 32 : 44) renferme un poème de Moïse sur le destin d’Israël. La lecture de ce chant laisse le lecteur dubitatif. En effet, comment Moïse ose-t-il, en ses tous derniers jours, faire des remontrances au peuple qu’il a conduit avec tant d’amour et de dévouement ? N’aurait-il point dû les encourager avant leur entrée en Erets Canaan ?
L’on ne peut comprendre l’attitude de Moïse que si l’on se reporte au thème qui traverse cette parasha : celui de la mémoire. Israël rencontre l’Eternel dans la dimension du Temps, l’Eternel aussi. Il se souvient de Son peuple qu’Il a extrait d’Egypte, de la condition d’esclavage.

ש« צוּר יְלָדְךָ תֶּשִׁי וַתִּשְׁכַּח אֵל מְחֹלְלֶךָ » (דברים לב : יח).ש
« Et le Rocher qui t’engendra, tu le dédaignes, et tu oublies le Seigneur qui t’a fait naître » (Deutéronome 32 : 18).[1]
Comment Israël construira-t-il son avenir s’il oublie son passé d’esclave et l’enseignement des Sages lui ouvrant la voie du futur ?

ש« זְכֹר יְמוֹת עוֹלָם בִּינוּ שְׁנוֹת דֹּר-וָדֹר שְׁאַל אָבִיךָ וְיַגֵּדְךָ זְקֵנֶיךָ וְיֹאמְרוּ לָךְ » (דברם לב : ז).ש
« Souviens-toi des jours antiques, médite les annales de chaque génération ; interroge ton père, il te l’apprendra, tes vieillards, ils te le diront ! » (Deut. 32 : 7)
Quel est donc ce secret ?
L’Eternel est Mémoire :

ש« הֲלֹא-הוּא כָּמֻס עִמָּדִי חָתוּם בְּאוֹצְרֹתָי » (דברים לב : לד).ש
« N’est-ce point mon secret ; il est scellé dans mes archives [Mes trésors] » (Deutéronome 32 : 34).
Il détient le secret du Souvenir, de l’Alliance.

ש« וַיִּשְׁמַע אֱלֹהִים אֶת-נַאֲקָתָם וַיִּזְכֹּר אֱלֹהִים אֶת-בְּרִיתוֹ אֶת-אַבְרָהָם אֶת-יִצְחָק וְאֶת-יַעֲקֹב » (שמות ב : כד ראה בראשית יט : כט)ש

« Le Seigneur entendit leurs soupirs et il se ressouvint de son Alliance avec Abraham, avec Isaac, avec Jacob » (Ex. 2 : 24 ; Cf. Gen. 19 : 29)
L’Eternel se souvient de Son Alliance conclue avec les Patriarches et c’est à ce titre qu’Il agit et intervient dans l’Histoire des hommes. C’est au Jour de Rosh HaShana nommé par la source scripturaire « Le Jour du Souvenir » que l’Eternel intervient en faveur de Son peuple qui, malgré ses multiples égarements de jeunesse, revient à l’Eternel en adhérant totalement à sa Mémoire, Son Alliance.

ש« דַּבֵּר אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל לֵאמֹר בַּחֹדֶשׁ הַשְּׁבִיעִי בְּאֶחָד לַחֹדֶשׁ יִהְיֶה לָכֶם שַׁבָּתוֹן זִכְרוֹן תְּרוּעָה מִקְרָא-קֹדֶשׁ » (ויקרא כג, כד).ש

« Parle ainsi aux enfants d’Israël : au septième mois, le premier jour du mois, aura lieu pour vous un repos solennel ; commémoration par le retentissement du shofar, convocation sainte ». (Lévitique 23 : 24)
Finalement, de même que l’Eternel agit conformément à Sa Promesse, Israël, à son tour, accomplira pleinement sa vocation de peuple-mémoire :

ש« חַסְדֵי יְהוָה אַזְכִּיר תְּהִלֹּת יְהוָה כְּעַל כֹּל אֲשֶׁר-גְּמָלָנוּ יְהוָה וְרַב-טוּב לְבֵית יִשְׂרָאֵל אֲשֶׁר-גְּמָלָם כְּרַחֲמָיו וּכְרֹב חֲסָדָיו » (ישעיהו סג : ז).
« Je veux rappeler les bienfaits du Seigneur, les louanges de l’Eternel, en raison de toutes les bontés qu’il a eues pour nous, du bien immense qu’il a fait à la maison d’Israël, qu’il lui a fait selon sa miséricorde et l’abondance de ses grâces » (Isaïe 63 : 7).

ש« וַיִּזְכֹּר יְמֵי-עוֹלָם מֹשֶׁה עַמּוֹ אַיֵּה הַמַּעֲלֵם מִיָּם אֵת רֹעֵי צֹאנוֹ אַיֵּה הַשָּׂם בְּקִרְבּוֹ אֶת-רוּחַ קָדְשׁוֹ » (ישעיהו סג : יא.
« Alors son peuple se souvint des temps antiques, de Moïse : Où donc [disait-il] est Celui qui les fit remonter de la mer avec le pasteur de son troupeau ? Où est Celui qui déposa dans son sein son esprit de sainteté ? » (Isaïe 63 : 11).
Ainsi, même si l’entrée en Erets Canaan lui est interdite, Moïse voit sa mémoire perpétuée à jamais par la fidélité d’Israël qui, devenu un peuple conscient de sa vocation singulière, comprend que la remontrance est aussi synonyme d’amour absolu. Moïse a vaincu la mort !
Alors que le Livre de Bereshit- Genèse s’ouvre sur l’œuvre de la Création, le Livre de Devarim- Deutéronome s’achève sur l’Histoire et le futur d’Israël qui, enfin reconnu par les Familles de la Terre comme le peuple élu par l’Eternel (Deutéronome 32 : 43), se transforme en une source intarissable de bénédictions pour le monde entier.
[1] Parashat Ha’azinou, Deutéronome 32 : 1-32-52

https://hebreubiblique.wordpress.com

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0