English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Les étudiants orthodoxes feront désormais le service militaire

Les étudiants orthodoxes feront désormais le service militaire

Israël : la loi exemptant les étudiants orthodoxes du service militaire abrogée.
La requête avait été déposée par le Mouvement pour la qualité du gouvernement.
La Cour suprême d’Israël a annulé mardi soir la loi qui réglementait l’exemption des étudiants juifs ultra-orthodoxes (haredi) du service militaire obligatoire pour la raison qu’ils étaient inscrits dans des "yeshiva", des centres d’études religieux, ont rapporté les médias israéliens.
La décision a été prise par un groupe dirigé par la présidente de la Cour suprême, Miriam Naor, et constitué de neufs juges, au sein duquel seul le législateur Noam Sohlberg s’est prononcé contre l’abrogation.Selon des documents de la cour, les neuf juges ont décidé qu’un amendement à la loi sur le service militaire adopté en 2015 était plus favorable aux étudiants en religion qu’aux autres, jugeant ainsi qu’il "viole le principe de l’égalité"."La majorité des juges a statué que l’annulation (de l’amendement) prendrait effet seulement un an après la date du jugement", selon un résumé de ce dernier.Les juges ont ainsi approuvé la position des pétitionnaires pour qui la loi perpétuait une inégalité entre les jeunes laïcs qui doivent s’inscrire à l’armée et les jeunes religieux qui en sont exemptés.La requête avait été déposée par le Mouvement pour la qualité du gouvernement."C’est un jugement lamentable"Les dirigeants ultra-orthodoxes ont fait part de leur mécontentement à la suite de cette décision, sans pour autant menacer de retirer leur appui au gouvernement qui dispose d’une faible majorité au Parlement.
"C’est un jugement lamentable", a déclaré Menahem Eliezer Moses, du parti Judaïsme unifié de la Torah, à la chaîne publique One TV."Nous n’allons certainement pas démanteler le gouvernement", a-t-il ajouté. "Il y a encore deux ans avant les élections" législatives.Le ministre de l’Intérieur Arié Dery, du parti Shass, est allé dans le même sens. "La cour suprême est totalement déconnectée de nos traditions", a-t-il dit sur Twitter. "Nous agirons de toutes nos forces pour amender la loi et permettre la poursuite de l’arrangement actuel".
En juillet 2013, le gouvernement de Benyamin Netanyahou avait approuvé un projet de loi visant à mettre un terme au système ayant permis à des dizaines de milliers d’ultra-orthodoxes étudiant dans les écoles talmudiques d’échapper à l’armée et à obliger les membres de cette communauté - qui représentent 10% des 8 millions d’Israéliens - à effectuer au moins un service civil.La nouvelle loi venait remplacer la loi Tal et comprenait également une clause stipulant que les étudiants de séminaires talmudiques qui ne s’enrôlaient pas dans l’armée pourraient faire face à des peines de prison de la même façon que leurs homologues non-religieux.En effet, la loi Tal (du nom du juge qui en est l’auteur), adoptée en 2002, était la loi de conscription valide en Israël jusqu’en 2012. Elle permettait aux ultraorthodoxes israéliens d’échapper au service militaire pour se consacrer à l’étude de la Torah et du Talmud dans les écoles religieuses, les "yeshivas".Mais après la modification de la loi qui limitait les exemptions, la politique avait changé et n’autorisait qu’un petit nombre de ces étudiants à ne pas rejoindre les rangs de Tsahal à 18 ans, lequels ne sont plus désormais protégés par la législation.Cette modification de la loi avait déjà rencontré une forte opposition de la part des courants juifs les plus extrêmes, dont certains s’opposent à servir dans l’armée en raison de leur rejet du gouvernement "sioniste".Ces groupes, pour la plupart originaires de Jérusalem, font valoir que le gouvernement israélien laïc est illégitime.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0