English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Niveau d’éducation des écoliers parmi les plus bas en Israël

Niveau d’éducation des écoliers parmi les plus bas en Israël

Israël : le niveau d’éducation des écoliers parmi les plus bas de l’OCDE (étude).
La moitié des élèves d’Israël reçoivent une éducation du niveau d’un pays du Tiers-monde. Les cours dispensés dans les écoles primaire et secondaire en Israël se classent parmi les derniers des pays développés, dans des domaines d’étude classiques, comme les mathématiques, les sciences et la lecture, a indiqué l’Institut Shoresh pour la recherche socioéconomique dans son nouveau "rapport scolaire", publié mercredi avant la prochaine rentrée scolaire. L’Etat hébreu, malgré le nombre de jours d’école qu’il impose supérieur à tous les pays développés,
arrive en bas du classement de l’OCDE de 2016 sur l’apprentissage des matières scolaires classiques.La semaine
d’école à six jours obligatoires pour les élèves israéliens revient à 219 jours de classe par an en moyenne, alors qu’elle se situe à moins de 200 jours dans les autres pays développés cités dans l’étude.
Les écoliers israéliens ont toutefois moins d’heure de cours par jour que la moyenne des autres pays cités.Le rapport
délivré par l’Institut Shoresh a constaté que le score moyen de réussite pour les élèves israéliens de primaire était
parmi le plus bas des 25 pays de l’OCDE.Selon ces chiffres, le score moyen pour les élèves israéliens est de 291, tandis que la moyenne du Japon, se plaçant à la tête du classement, est de 369.Cette étude a été menée par le Professeur Dan Ben-David, de l’Université de Tel-Aviv, président et fondateur de l’Institut Shoresh."La capacité future de ces enfants à atteindre les compétences nécessaires pour se faire une place dans l’économie mondiale, au regard de sa compétitivité, est profondément altérée par le faible niveau d’éducation qu’ils reçoivent aujourd’hui", a précisé le Professeur Ben-David.
Cette étude n’inclut pas les garçons juifs orthodoxes, exclus du système d’examens selon Ben-David, puisqu’ils n’étudient
pas les matières scolaires au programme du ministère de l’Education.
La dépense publique versée à l’Education
Le chercheur pointe du doigt un facteur pouvant expliquer cette situation : le niveau de la dépense publique consacrée à
l’enseignement secondaire public et privé. Dans le classement des dépenses publiques par élève par rapport au PIB par habitant, Israël se classe tout à la fin avec seulement 10,9%, sachant que le plus taux le plus élevé est de 41,5%, selon les données présentées par l’OCDE en 2013."En termes de transparence du budget, il est difficile de discerner comment cet argent est exactement distribué ou comment il est dépensé", a ajouté Ben-David.La moitié des élèves d’Israël reçoivent une éducation du niveau d’un pays du Tiers-monde, soutient le chercheur, précisant que les élèves arabes comme les garçons orthodoxes ne reçoivent pas les outils et les conditions nécessaires pour accéder à une éducation avancée.
"Même sans compter les garçons orthodoxes, le score moyen des enfants juifs demeure inférieur à la plupart des pays développés", affirme le chercheur."L’éducation qu’Israël fournit aux enfants de la communauté arabe israélienne est
inférieure à celle de nombreux pays du tiers monde, dont la plupart des pays majoritairement musulmans", explique-t-il.
Pour éviter une accentuation de ce phénomène, Ben-David préconise de définir un programme scolaire unique et obligatoire pour tous les élèves, de changer le mode de recrutement des enseignants ainsi que leurs salaires, et enfin réorganiser le ministère de l’Education.


https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/societe/153094-170816-israel-la-moitite-des-enfants-recoivent-une-education-du-niveau-d-un-pays-du-tiers-monde

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0