English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > Rendez-vous manqué du Maroc au Sommet de Monrovia à cause d’Israël

Rendez-vous manqué du Maroc au Sommet de Monrovia à cause d’Israël

Mohammed VI annule sa participation au Sommet de Monrovia à cause d’Israël
Le roi du Maroc a décidé de surseoir à sa participation au 51e Sommet de la CEDEAO prévu du 3 au 4 juin à Monrovia au cours duquel était prévu l’examen de la demande du Royaume d’intégrer l’organisation d’intégration sous-régionale de l’Afrique occidentale. Raison invoquée : l’invitation faite au Premier ministre israélien d’y assister, ce qui a provoqué le désistement à la rencontre de plusieurs Etats membres. Pour le roi Mohammed VI, les conditions ne sont pas alors réunies pour marquer sa présence à ce sommet des plus décisifs pour le Maroc.
Le roi du Maroc a décidé de surseoir à sa première participation à un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui devrait en principe intervenir à l’occasion de la 51e rencontre du genre, prévue du 3 au 4 juin à Monrovia au Liberia. C’est ce qu’indique un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères , rendu public dans la soirée du jeudi 1er juin.
Mohammed VI avait prévu de se rendre à ce sommet dont les travaux au niveau ministériel ont déjà débuté et au cours duquel devrait notamment être examiné, le dossier déposé par le Royaume pour rejoindre l’organisation d’intégration sous-régionale. « Le Roi souhaite que sa première présence à un Sommet de la CEDEAO n’intervienne pas dans un contexte de tension et de controverse », lit-on en gros titre dans le communiqué qui précise qu’à l’occasion de cette visite royale, une rencontre avec la présidente du Liberia, présidente en exercice de l’organisation, des entretiens avec les chefs d’Etat des pays membres ainsi qu’un discours devant le Sommet, étaient programmés.
Toutefois, poursuit la même source, « au cours des derniers jours, des pays importants de la CEDEAO ont décidé de réduire au minimum leur niveau de représentation à ce Sommet, en raison de leur désaccord avec l’invitation adressée au Premier ministre israélien ». Selon la diplomatie marocaine, d’autres Etats membres ont également exprimé leur étonnement par rapport à cette invitation ». Dans ce contexte, Mohammed VI a finalement décidé de ne pas y marquer sa première présence à un Sommet de la CEDEAO, « dans un contexte de tension et de controverse, et tient à éviter tout amalgame ou confusion ».
Rendez-vous manqué
La demande d’adhésion du Maroc à la CEDEAO, organisation dont le royaume est membre observateur depuis 2005, ne sera donc plus à l’ordre du jour de ce sommet décisif, alors que le Royaume est presque au bord du but. Même s’il va falloir définir les modalités de cette demande, la presque majorité des 15 Etats membres se sont déclarés favorables à l’adhésion du Maroc à l’organisation. Le sommet de Monrovia devrait en principe acter officiellement la décision finale des chefs d’Etat de l’organisation sur les conditions ainsi que le processus à suivre pour sceller cette union assez stratégique pour le Maroc, un acteur déjà majeur de l’économie sous-régionale ouest-africaine.
Après son retour en janvier dernier au sein de l’organisation continentale l’Union africaine (UA), la CEDEAO était devenue la priorité du Maroc qui mise sur le renforcement de l’intégration sous-régionale et la coopération Sud-Sud comme alternative crédible à l’émergence du continent dans ce qui pourrait ressembler à un mouvement d’ensemble.
Depuis l’officialisation de la demande du Maroc d’intégrer la CEDEAO en février dernier, plusieurs missions diplomatiques de haut niveau ont sillonné, parfois à plusieurs reprises, les capitales ouest-africaines pour motiver cette décision qui a fort opportunément reçu l’avis favorable de la presque majorité des Etats membres de l’organisation. Il ne restait plus qu’à en définir les modalités pour notamment surmonter les obstacles juridiques qui étaient censés tenir compte des spécificités géographiques pour que l’alliance soit scellée. Au vu de la présence programmée de Mohammed VI, la solution semble avoir été déjà trouvée avant que le contexte engendré par la présence de représentant au plus haut niveau de l’Etat d’Israël ne vienne contrecarrer la présence du Maroc à ce sommet.
La participation d’Israël, pays avec lequel le Maroc a rompu depuis belle lurette ses relations diplomatiques, n’est pas en effet du goût de tous les Etats membres de l’organisation. Plusieurs pays de l’organisation se sont catégoriquement opposés à la présence du Premier ministre israélien ou un de ses représentants, en raison notamment du conflit qui oppose l’Etat hébreu à la Palestine. D’après plusieurs sources, des pays à majorité composée de communauté musulmane ont fait part de leur objection à cette présence. C’est le cas du Sénégal, du Niger ou du Nigéria, des pays qui n’entretiennent également aucune relation diplomatique avec Israël et qui risquent de ne se faire représenter qu’à un niveau purement protocolaire au Sommet de Monrovia.
A titre de rappel, Israël n’a pas d’ailleurs à rompre ses relations diplomatiques avec le Sénégal, en début d’année, lorsque le pays avait soutenu une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU contre la politique d’implantation de nouvelles colonies validées par l’Etat hébreu dans les territoires palestiniens. Même si ces derniers temps, Israël tente un rapprochement géostratégique avec les pays africains avec notamment un sommet Israël-Afrique prévu d’ici la fin de l’année au Togo, un de ses principaux alliés sur le continent, la présence diplomatique israélienne au-delà des échanges de bons procédés est presque insignifiante, notamment en Afrique de l’Ouest, région dominée par des pays à forte communauté musulmane et solidaire du peuple palestinien.
La présence de responsables israéliens au Sommet de Monrovia risque donc de faire des vagues au vu de l’ampleur de la discorde ambiante entre Etats membres. Des conditions que Mohammed VI n’entend point valider alors que le Maroc compte célébrer en grande pompe sa nouvelle relation avec les pays de la CEDEAO.

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0