English | français

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Secteur-France > Général > A D.ieu chère Christine Yaslonsky z"l

A D.ieu chère Christine Yaslonsky z"l


Comment réconcilier la joie de vivre, que tu as si courageusement incarné, et la douleur de te perdre ?
Comment joindre la force de l’esprit indomptable, de la résistance à tous les obstacles de la vie, à la fragilité de la condition humaine, soumise aux lois des maladies fatales ?
Comment te raconter, te décrire, à ceux qui n’auront jamais comme nous, la chance de t’avoir connue ?
Fille d’une famille de résistants, d’un père qui a fait partie du débarquement en Normandie, d’un milieu de Juifs français qui ont combattu contre les fascistes pour une France libre et émancipée, tu as vécu tes derniers jours angoissée par la résurgence de discours qui tentaient de réhabiliter Pétain.
Tu t’es battue pour la dignité humaine en bénissant la Fédération des Juifs Noirs de ta présence. Tu as insisté à défendre une cause qui n’était pas à la mode, quand tu as contribué ton expérience à une association qui devait lutter contre les préjudices pour survivre. En joignant la FJN tu voulais que la communauté Juive ne perde jamais son rôle d’exemple moral en pratiquant l’auto-critique, au prix du risque d’être perçus comme des rabat-joie par ceux qui sont trop pressés de jeter sous le tapis tous les problèmes gênants. Fille de survivants de la Shoah, tu aimais le continent africain, d’où venaient certains de tes ancêtres algériens.
Tu étais des rares qui savaient que les nazis reprochaient aux juifs d’avoir du sang "negroide".
Tu étais de ceux qui ne font pas de compromis avec le racisme.
Tes amis de la FJN n’oublieront jamais le rempart que tu étais contre toutes les attaques injustes à leur égard. Quand nous voyons aujourd’hui les résultats de communautés africaines au Nigéria, au Zimbabwe, et dans de nombreux pays africains qui veulent dire tout haut leur appartenance à leur culture juive ancestrale, on peut mesurer l’impact de tes convictions, et de ton espoir inflechissable. L’histoire retiendra ton nom, un nom composé de destinée multiple, fille de France, d’Europe de l’Est, et d’Algérie.
Tu étais au centre des commémorations pour Ilan Halimi z"l, sans récupération politique, et pour André Chouraqui le grand humaniste juif d’Algérie.
Tu as donné ton temps même au milieu des souffrances de ta maladie à la cause de la dignité humaine. Tes enfants ta famille tes amis témoigneront pour toujours de la lumière de joie qui nous eclairait tous et qui nous manqueront sans cesse. Tu aimais la musique et tu voulais qu’elle aie une place dans ta descendance. Ton amour pour l’humanité, pour l’égalité des femmes, et pour la dignité de tous est un héritage véritable qui en nous a déjà porté ses fruits.
Angie tu étais déjà notre ange. Maintenant que tu as des ailes, montre nous comment survoler la peine et l’incompréhension,
comment joindre la dévotion à la grâce, l’amour à l’humour, la joie à l’empathie, l’intelligence à l’humilité, comment on fait un bouquet de qualités humaines à partir de ce que nous voyons comme un champ piétiné par l’indifférence, le cynisme, et la méchanceté environnante ?
Tu n’as jamais cessé de croire en l’humanité, même quand les événements nous choquaient par la froideur de leur cruauté. 
Tu surmontais toutes ces contradictions par ta joie naturelle qui nous a convaincu que la maladie est secondaire, que l’esprit triomphe du corps que la lumière d’un esprit comme le tien ne peut jamais d’éteindre.
Christine, nous ne sommes pas inquiétés car nous sommes confiants que le Bien triomphe du mal, que la joie de l’amour triomphe de la souffrance. Bénis nous prie pour tes enfants ta famille et tes amis qui perpétuent ton message sur la terre des vivants.


Merci a tous ceux qui sont venus honorés ta mémoire et merci a RadioJ

SPIP 3.0.16 [21266] | Squelette BeeSpip v.3.1.0